Axel Bourlon, l’espoir de l’haltérophilie

0 0


Il ne faut jamais tourner le dos à son destin. Ce même dos qui a permis à Axel Bourlon d’épouser une voie qui ne lui était pas promise. « A la base, je n’étais pas du tout parti pour devenir haltérophile. Je me suis mis à la natation pour apprendre à nager et me muscler le haut du dos », raconte l’athlète, qui s’apprête à disputer ses premiers Jeux paralympiques à Tokyo, à 30 ans.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Aux Jeux paralympiques 2021, l’équipe de France veut effacer le souvenir de Rio

Dès 2005, son parcours singulier prend un premier accent paralympique, lorsqu’il fait la rencontre de l’haltérophile Martine Servajean, deux Jeux au compteur (Sydney, en 2000, et Athènes, en 2004). La scène se déroule au forum des associations de Roanne (Loire), sa ville natale. Celle qui était alors vice-présidente du club handisport de la ville se souvient : « Je savais que sa catégorie de handicap était adaptée à l’haltérophilie, où les athlètes ont des bras plus courts que la normale. Je lui ai d’abord proposé du renforcement musculaire pour qu’il soulève des petites charges et qu’il puisse se renforcer le dos. » Il combinera les deux activités pendant plusieurs mois, avant de se tourner définitivement vers l’haltérophilie, et le développé-couché en 2006. « Ça a vite pris le dessus. Au final, je ne sais toujours pas bien nager », plaisante l’intéressé, qui concourt jeudi 26 août.

Un record à 161 kilos

Son handicap tient en quatorze lettres : achondroplasie, autre terme pour parler du nanisme, « un mot assez dur » pour Axel Bourlon, qui est le seul membre de sa famille à être né avec cette « pseudo-différence ». « Je l’ai toujours bien vécu, j’ai toujours cherché à me mélanger avec les valides », détaille l’athlète de 1,40 mètre. « Il aurait la capacité pour concourir avec les valides mais les “flexums” ne sont pas acceptés chez les valides », développe Martine Servajean.

Lire aussi Dopage : la Fédération internationale d’haltérophilie à nouveau mise en cause

Le flexum, c’est la pathologie qui empêche Axel Bourlon de tendre complètement ses avant-bras en phase terminale du soulevé de barre. Un mal qui ne lui a pas permis de concourir hors des frontières françaises en début de carrière. « La réglementation mondiale imposait une flexion maximale de 20 degrés, ce qui m’a empêché de faire certaines compétitions. Heureusement, la règle a évolué. Il suffit désormais de le mentionner avant la compétition », détaille l’haltérophile. Il doit attendre 2018 pour participer aux compétitions internationales, avec une deuxième place aux championnats d’Europe.

Il vous reste 63.08% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *