ce qu’il faut retenir du match nul des Bleus contre le Portugal

0 0


Quand les champions du monde affrontent les champions d’Europe, cela fait forcément des étincelles. Le France-Portugal de mercredi soir, lors du dernier match de poule de l’Euro, a été un vrai choc, avec de la tension, des buts et des rebondissements à la pelle. Les Bleus ont finalement assuré l’essentiel : un nul 2-2 qui leur permet, grâce à la contre-performance de l’Allemagne contre la Hongrie (2-2), de terminer premiers de leur groupe. Cerise sur le gâteau, Karim Benzema a été l’auteur d’un doublé, tout comme Cristiano Ronaldo, pour débloquer son compteur depuis son retour en équipe de France. Europe 1 vous résume ce qu’il faut retenir de cette rencontre. 

Le revenant : Benzema, un doublé pour débloquer son compteur 

Enfin ! Plus de 5 ans après son dernier but en Bleus, Karim Benzema a débloqué son compteur. L’attaquant du Real Madrid a pourtant vécu une première période très compliquée, à l’image de toute l’équipe de France, avant de bénéficier d’un penalty généreux suite à une faute sur Kylian Mbappé. « KB9 » a alors pris ses responsabilités et a transformé la sanction, avec sang froid, en prenant Rui Patricio à contrepied (45e+2). Puis, dès le retour des vestiaires, il a montré toutes ses qualités de buteur en partant dans le dos de la défense portugaise, parfaitement lancé par Paul Pogba, pour ajuster le gardien portugais d’un tir avec un poteau rentrant. L’arbitre a d’abord sifflé hors-jeu, avant de revenir sur sa décision après recours à la vidéo (47e). De quoi faire taire les critiques qui étaient nées des deux premiers matches de groupe.  

Le mutant : Cristiano, deux buts pour entrer dans l’Histoire 

Cristiano Ronaldo, l’ancien acolyte de Benzema au Real Madrid, a été l’autre grand bonhomme de la soirée. S’il n’a pas toujours été bien trouvé par ses coéquipiers, CR7 a été encore une fois intraitable sur penalty. L’attaquant de la Juventus a d’abord ouvert le score, suite à une sortie très musclée de Hugo Lloris sur Danilo Pereira, qui aurait peut-être mérité davantage qu’un carton jaune. Peu importe, Cristiano n’a pas tremblé et a pris à contrepied le gardien des Bleus (31e). Un scénario qui s’est répété en deuxième période, suite à une faute de main de Jules Koundé provoquée par… Ronaldo. Et encore une fois, le Portugais a pris à contrepied Hugo Lloris (60e). Un doublé qui permet à Cristiano Ronaldo d’entrer dans l’Histoire : avec 109 buts, il a égalé le record du monde de buts en sélection national établi par l’Iranien Ali Daei. Et avec 5 buts en trois matches, il est plus que jamais le meilleur buteur de cet Euro. Le tout à 36 ans… Un vrai mutant ! 

La stat’ du match : trois penalties sifflés 

C’est une statistique suffisamment rare pour être soulignée : l’arbitre espagnol Mateu Lahoz a sifflé trois penalties lors de ce Portugal-France. Si ceux accordés aux Portugais ne souffrent d’aucune contestation, celui des Bleus prête davantage au débat. Lancé dans la profondeur par Paul Pogba, Kylian Mbappé s’est écroulé dans la surface suite à un contact avec Nelson Semedo. Si le contact semble réel, il paraissait toutefois difficile au latéral portugais d’éviter la collision avec « Kyky ». Une décision qui a fait les affaires des Bleus, qui ont pu égaliser en toute fin de première période (45e+2), malgré une nette domination portugaise pendant les 45 premières minutes. De la réussite même dans la difficulté : de l’équipe de France pur jus, en somme.  

Les mauvaises nouvelles du soir : Hernandez et Digne, la gauche en lambeaux 

Si les Bleus ont eu un brin de chance en première période, on ne peut pas dire qu’ils aient été complètement vernis ce mercredi soir. Les deux arrières gauches, Hernandez et Digne, sont tous deux sortis sur blessure. Lucas Hernandez, titulaire au coup d’envoi, a d’abord été remplacé à la mi-temps. L’arrière gauche du Bayern Munich, gêné par un pépin au genou lors de la préparation, pourrait donc être une nouvelle fois blessé. Sauf que Digne a lui aussi dû céder sa place moins de dix minutes plus tard, à la 52e minute, visiblement touché à une cuisse. Il a été remplacé par… Adrien Rabiot, pur milieu de terrain. Le staff des Bleus a désormais cinq jours pour remettre les deux joueurs sur pied, sous peine de se retrouver avec un flanc gauche totalement déplumé. 

L’adversaire du prochain match : la Suisse, encore une fois

Les Bleus, premiers de leur poule, vont donc affronter en huitièmes de finale la Suisse, troisième du groupe A (derrière l’Italie et le pays de Galles), lundi à Bucarest. Des retrouvailles habituelles, tant les deux équipes se sont affrontées en compétition officielle ces dernières années… mais à chaque fois dans la phase de groupe (Euro 2004 et 2016, Coupe du monde 2006 et 2014). Avec deux victoires (en 2004 et 2014) et deux nuls, les Bleus ont un bilan largement positif face à la « Nati ». Et autant le dire tout de suite : une élimination contre nos chers voisins, qui sont évidemment loin de partir favoris, ferait très mauvais genre… 



Source

Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *