Chewing-gums : quels bienfaits et risques pour la santé ? Est-ce grave si on les avale ?

0 0



Goût menthe, eucalyptus, fraise, avec ou sans sucre… Les chewing-gums, aussi appelés pâte à mâcher ou gomme à mâcher ont la cote depuis qu’ils ont débarqué en France dans les poches des soldats américains. Que contiennent-ils vraiment ? Sont-ils si inoffensifs ?

Que contiennent les chewing-gums ?

En 2010, la France était le deuxième plus gros consommateur de chewing-gums, juste derrière les États-Unis. Si cette tendance a été revue à la baisse depuis, ces petites gommes à mâcher n’en restent pas moins l’une des confiseries préférées des Français. 

Ces confiseries d’un genre nouveau ont fait fureur dans le courant de la Seconde Guerre mondiale : les soldats américains s’en faisaient régulièrement livrer. Ils étaient alors considérés comme un remède anti-stress qui permettait de rester plus concentré.

Concrètement, il s’agit d‘une gomme destinée à être mâchée (non avalée) et vendues par sachets. Elle est composée d’une base insoluble dans l’eau – et dans la salive – : un mélange de gommes et de résines naturelles ou synthétiques, auquel on ajoute des édulcorants ou du sucre, des arômes (eucalyptus, menthol, fraise, etc) et d’autres auxiliaires de fabrication comme des colorants, de la gélatine, des émulsifiants, des stabilisants, du bicarbonate, etc. À noter : les ingrédients sont dosés différemment en fonction des marques, pour obtenir une élasticité plus ou moins importante. 

Bienfaits : est-ce vraiment une bonne idée de mâcher de la gomme ?

Faire des bulles pour impressionner ses amis, mâcher dans l’avion pour ne pas subir la pression au niveau des oreilles pendant le décollage… Le chewing-gum peut avoir de nombreuses utilisations. Et certaines peuvent même s’avérer bénéfiques pour la santé. 

Du chewing-gum pour contrer la mauvaise haleine

Les chewing-gums peuvent en effet avoir des effets sur la concentration des composés volatiles soufrés responsables de la mauvaise haleine. Cela s’avère d’autant plus vrai que le chewing-gum en question contient des probiotiques de type Lactobacciles, de l’acétate de zinc, des extraits d’écorce de magnolia ou des extraits d’eucalyptus. 

Quel est l’impact du chewing-gum sur la santé bucco-dentaire ?

L’imaginaire collectif a plutôt tendance à faire croire que tous les chewing-gums sont mauvais pour les dents. Mais les chewing-gums sans sucre permettent d‘augmenter la production de la salive, ce qui contribue à lutter contre la sensation de bouche sèche(xérostomie), mais aussi à neutraliser les acides de la plaque dentaire pour éviter qu’ils n’attaquent l’émail des dents. Un bon début de prévention contre les caries. 

Ils ne doivent en aucun cas remplacer le brossage des dents et des espaces inter-dentaires, mais ils peuvent être utiles occasionnellement, après un repas, lorsque l’on n’a pas la possibilité de se brosser les dents. 

Mâcher un chewing-gum augmente également la concentration de calcium dans la salive, ce qui permet de renforcer l’émail des dents. Les chewing-gums sans sucres – donc non cariogènes – et labellisés UFSBD peuvent donc être consommé une vingtaine de minutes, deux à trois fois par jour. 

Les chewing-gums sont-ils efficaces pour arrêter de fumer ?

Certains substituts nicotiniques prennent la forme de chewing-gums : ils apportent une dose de nicotine plus ou moins élevée, ce qui permet de lutter contre l’envie de fumer. La sensation de manque s’éloigne petit à petit et le besoin de fumer disparaît.

Ces produits ne doivent pas être consommés comme des chewing-gums classiques. Mieux vaut consulter un professionnel de santé : il existe plusieurs dosages différents et un suivi régulier permet de se sevrer progressivement. Par ailleurs, dans certains cas, ces substituts peuvent être remboursés par la sécurité sociale.

Réduire le stress en mâchant

Selon de nombreux travaux, le fait de mâcher un chewing-gum permet de diminuer le taux de cortisol, aussi connu sous le nom d’hormone du stress. En effet, le fait de mâcher pourrait détourner l’attention d’un problème ou d’une angoisse lancinant, ce qui permettrait non seulement de réduire le stress, mais aussi d’augmenter sa concentration et sa vigilance. 

Le chewing-gum, un allié coupe-faim pour perdre du poids ?

Aucune étude ne démontre formellement que le fait de mâcher un chewing-gum peut avoir un effet coupe-faim. Certaines études indiquent que le fait de mâcher peut compenser la sensation de faim ou faire passer une envie irrépressible de manger. D’autres soutiennent qu’il ne s’agit que d’un leurre : la sensation de faim serait en fait amplifiée au repas suivant. Toutefois il est toujours mieux de mâcher une gomme que de grignoter des biscuits en dehors des repas ! Par ailleurs, soyons claires, même si le fait de mastiquer entraîne une faible dépense calorique, vous ne perdrez pas de poids en consommant des chewing-gums. 

Les chewing-gums peuvent perturber la digestion

Le fait de mastiquer indique à notre corps qu’il est sur le point de recevoir de la nourriture. Les enzymes et acides responsables de la digestion sont donc libérés. Mais la nourriture qu’ils sont censés digérer n’arrive pas. Ce phénomène est régulièrement pointé du doigt, car il entraîne :

  • des ballonnements, 
  • une surproduction d’acide gastrique à l’origine de reflux
  • et le risque de diminuer la capacité de votre organisme à sécréter suffisamment de sucs digestifs. 

Certaines personnes peuvent également être indisposées parles édulcorants artificiels des chewing-gums (le xylitol, le mannitol, le sorbitol, ou l’aspartame), à l’origine de symptômes gastro-intestinaux, notamment des épisodes de diarrhée. Ces adjuvants exacerbent aussi les ballonnements, les flatulences et les symptômes du syndrome de l’intestin irritable. 

Est-ce grave si j’avale un chewing-gum ?

« N’avale pas ton chewing-gum, il va rester collé dans ton ventre ! » De nombreux parents interdisent les chewing-gums à leurs enfants, ou leur interdisent de les avaler. En cause ? La crainte d’une occlusion intestinale. Mais contrairement aux idées reçues, le fait d’avaler un chewing-gum n’a rien de grave. Ce dernier sera fragmenté, dissout et évacué par les selles. Pour autant, les expertes déconseillent tous d’avaler ses chewing-gums. Après vingt à trente minutes, une fois le goût disparu et la texture modifiée, on le jette à la poubelle



Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *