Couches pour bébé : l’Anses prône une restriction des substances dangereuses à l’échelle européenne

0 0



Les industriels ont fait des progrès dans la composition des couches jetables pour bébés, comme l’avait constaté la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) dans une enquête rendue publique en juillet dernier.

Mais l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), souhaite aller plus loin dans la protection de la santé des tout-petits, via une proposition de restriction des substances toxiques à l’échelle européenne. L’Anses a ainsi fixé des concentrations seuils à ne pas dépasser pour certaines substances qui ont été identifiées dans les couches, tels que des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), des dioxines, des furanes, du PCB et du formaldéhyde. “Ces seuils permettraient de réduire drastiquement les concentrations de ces substances dans les couches jetables et d’écarter ainsi le risque pour la santé des bébés”, écrit l’Anses.

Dans une vidéo, Céline Dubois, coordinatrice scientifique de l’Anses, explique que ces substances dangereuses se retrouvent dans les couches “de manière non intentionnelle”, parce qu’elles sont présentes dans les matières premières utilisées, lors du blanchiment de ces matières premières, ou lors du processus de fabrication.Si cette proposition de restriction est adoptée, cela signifie qu’à partir de 2024, tous les industriels qui mettent [des couches] sur le marché européen, soit à l’import soit qui produisent en Europe des couches pour bébés, devront respecter les restrictions”, a ajouté Céline Dubois. 

Souhaitant garantir le même niveau de sécurité sanitaire pour tous les produits et pour tous les bébés d’Europe, qui sont 90% à porter des couches jetables, l’Anses a ainsi soumis une proposition de restriction auprès de l’Agence européenne des produits chimiques, dans le cadre du règlement européen sur les produits chimiques REACH (Registration, Evaluation and Authorisation of Chemicals). L’Agence propose également une méthode d’analyse des couches, qu’elle avait mis au point dans son expertise de 2019 pour prendre en compte les conditions les plus réalistes d’exposition en fonction du comportement du bébé. 

L’Anses a en outre proposé à l’Europe plusieurs mesures pour limiter ces contaminations, notamment en renforçant le contrôle des matières premières et des processus de fabrication, par exemple en contrôlant la température lors du chauffage des matières premières pour éviter l’apparition de HAP.



Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *