des joueurs iraniens silencieux, des brassards polémiques et des victoires pour l’Angleterre et les Pays-Bas

0 0



A l’heure qatarie

Tous les jours, « l’Obs » vous raconte le quotidien et les étrangetés de la Coupe du Monde au Qatar, qui a commencé le 20 novembre. Ce Mondial de toutes les polémiques – coût environnemental, droits humains bafoués, chantiers endeuillés, soupçons de corruption – se déroule dans une atmosphère inédite. Heure par heure, suivez les coulisses de la compétition de tous les excès et retrouvez nos reportages et décryptages dans notre dossier spécial.

21 heures – La Belgique ne pourra pas porter son maillot « Love »

La Belgique, qui s’était déjà vu interdire par la Fifa de porter le brassard inclusif « One Love » lors du Mondial, ne pourra pas utiliser son deuxième jeu de maillots qui reprend les couleurs de l’arc-en-ciel et sur lequel est inscrit le mot « Love » (amour), a fait savoir la Fédération belge. Selon la Fédération belge (RBFA), c’est cette mention « Love » qui poserait problème à la Fifa. Il suffira donc d’enlever cette inscription pour que le maillot soit validé par l’instance internationale. Sept équipes européennes ont déjà dû renoncer à porter un brassard coloré « One Love », la Fifa les ayant menacé d’écoper d’un carton jaune au coup d’envoi.

La suite après la publicité

Les Belges entre en lice le 23 novembre contre le Canada.

19 h 30 – Premier test réussi dans les transports

Pas de congestion dans les transports malgré 120 000 supporters en route pour assister à trois matches dans un périmètre de moins de 30 kilomètres : les organisateurs du Mondial-2022 au Qatar ont passé avec succès un premier test lundi.

Principale ombre à ce tableau, plusieurs centaines de spectateurs n’ayant pas pu accéder à leurs billets sur l’application de la Fifa n’ont pu pénétrer dans le stade qu’après le coup d’envoi d’Angleterre-Iran, la première rencontre de la journée.

19 heures – Les Pays-Bas s’imposent face au Sénégal

Non qualifiés lors de la précédente Coupe du monde, les Pays-Bas ont marqué leur retour dans la compétition (groupe A) par une victoire 2-0 contre le Sénégal, vainqueur de la dernière Coupe d’Afrique des Nations, avec deux buts inscrits en fin de match.

La suite après la publicité

17 heures – Amnesty critique la Fifa sur les brassards

L’ONG Amnesty international a critiqué les menaces de la Fifa envers les joueurs qui porteraient des brassards « One Love » contre les discriminations. « Ces menaces de dernière minute de sanctionner les joueurs pour avoir porté des messages de soutien envers les droits humains et l’égalité sont le dernier exemple de l’incapacité de la Fifa à pleinement défendre ses propres valeurs et responsabilités », écrit-elle dans un communiqué.

Coupe du Monde 2022 : Alexis Corbière fustige l’« encéphalogramme plat » des Bleus

« Nous applaudissons le courage des équipes et des joueurs qui se sont exprimés à propos des droits de l’homme et nous espérons qu’ils continueront à le faire (…) et la Fifa doit prendre rapidement conscience de ces appels », a ajouté Amnesty.

« Il y a beaucoup d’irritation, a réagi de son côté, le directeur de la Fédération allemande Oliver Bierhoff, cité par « l’Equipe ». Cela ressemble beaucoup à de la censure. Le brassard peut nous être retiré, mais nous continuerons à exprimer nos valeurs. »

16 h 15 – L’Angleterre déroule

Dans un premier match à forte teneur politique, pendant lequel on a aperçu dans les tribunes du Khalifa Stadium des drapeaux appelant à la liberté des femmes iraniennes, les Anglais ont fait forte impression en s’imposant 6-2 face à l’Iran.

La suite après la publicité

14 h 30 – Le JT de TF1 décalé à 19 h 15

Le groupe TF1 a choisi de décaler, pour toute la durée du Mondial, l’horaire de diffusion de son journal télévisé de 20 heures, présenté par Gilles Bouleau et Anne-Claire Coudray. Ces derniers prendront l’antenne à 19 h 15 sur TF1, juste après le feuilleton quotidien « Ici tout commence ». TF1 est la seule chaîne française à pouvoir diffuser les matchs de la Coupe du Monde de football en clair.

Comment la Fifa a sous-estimé le bilan carbone des stades de la Coupe du Monde de Football

14 heures – Pas d’hymne pour les Iraniens

Les onze joueurs iraniens se sont abstenus de chanter leur hymne national avant le coup d’envoi de leur premier match du Mondial-2022 contre l’Angleterre. Durant la semaine, leur capitaine Alireza Jahanbakhsh avait expliqué que les joueurs décideraient « collectivement » de chanter ou non l’hymne national en signe de soutien aux victimes des manifestations durement réprimées dans leur pays.

Les joueurs anglais ont de leur côté, comme promis, posé le genou sur la pelouse peu avant le coup d’envoi de la rencontre pour protester contre les discriminations. La Coupe du Monde, plus grande tribune politique du monde… au grand dam de la Fifa.

13 heures – Les Anglais poseront-ils le genou ?

L’Angleterre, qui figure parmi les favoris de la compétition, affronte l’Iran pour son premier match à 14 heures (heure de Paris). Une rencontre à forte teneur politique, dans le contexte des manifestations pour les droits des femmes dans la République islamique. Le sélectionneur anglais Gareth Southgate a annoncé dimanche en conférence de presse que les joueurs mettraient un genou à terre avant le début du match pour protester contre toutes les discriminations, un geste dont l’équipe a pris l’habitude depuis 2020 et le mouvement Black Lives Matter (cette année-là, George Floyd, un Afro-Américain, est mort asphyxié par un policier blanc à Minneapolis). « Nous pensons que nous devrions le faire, a déclaré le coach anglais. C’est ce que nous représentons en tant qu’équipe. »

La suite après la publicité

Le capitaine anglais Harry Kane, qui était désireux de porter le brassard inclusif « One Love », considéré par la Fifa comme une critique politique contre les atteintes aux droits humains au Qatar, a dû renoncer face aux menaces sportives et financières, comme six autres fédérations.

12 h 30 – Gims chantera le jour de la finale

Si le Qatar a échoué à recruter une star mondiale pour chanter pendant la cérémonie d’ouverture – l’acteur américain Morgan Freeman s’y est malgré tout illustré –, le public français verra une tête connue sur ses écrans le 18 décembre prochain : « heureux », le chanteur congolais Gims a annoncé sur Twitter sa participation à la cérémonie de clôture, « pour le Congo, pour la France, pour l’histoire ». Un bonheur n’arrivant jamais seul, l’auteur-compositeur et rappeur aura entre-temps sorti un nouvel album, le 2 décembre.

Coupe du Monde au Qatar : voyage dans l’envers du décor

11 h 30 – Pas de brassards par peur des cartons jaunes

Payer une amende, oui, prendre un carton jaune, non. Les sept équipes européennes qui avaient prévu de porter le brassard coloré « One Love », dont l’Angleterre qui entame sa compétition ce lundi à Doha, ont… jeté l’éponge, face à la menace de « sanctions sportives » – comprendre des cartons jaunes.

« La Fifa a été très claire, elle imposera des sanctions sportives si nos capitaines portent les brassards sur le terrain. En tant que fédérations nationales, nous ne pouvons pas demander à nos joueurs de risquer des sanctions sportives », ont écrit ces sept fédérations. L’Angleterre, le Pays de Galles, la Belgique, le Danemark, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Suisse ont donc renoncé à ce que leur capitaine respectif encoure un carton jaune en raison de ce brassard inclusif, tout en se disant « frustrés » par l’inflexibilité de la Fifa.

La suite après la publicité

Affaires, forfaits, boycott : le blues des Bleus avant la Coupe du Monde

Initialement partie prenante de l’initiative « One Love », la France avait déjà annoncé par la voix de son capitaine Hugo Lloris qu’elle ne porterait pas le brassard. Longtemps silencieuse sur le sujet, la Fifa avait réagi samedi en dégainant ses propres brassards de capitaine, porteurs de messages beaucoup plus consensuels, comme « Sauvez la planète », « L’éducation pour tous » ou encore « Non aux discriminations ». Tout sauf une critique, même voilée, du pays organisateur…

10 heures – Le programme du jour

Trois matchs à se mettre sous la dent ce lundi 21 novembre pour ce début de premier tour : Angleterre-Iran à 14 heures, Sénégal-Pays-Bas à 17 heures et Etats-Unis-Pays de Galles à 20 heures. Les « Three Lions » anglais font partie des favoris de la compétition.

9 heures – Record de ventes et audiences en hausse

Près de 3 millions de tickets pour la Coupe du Monde au Qatar ont été vendus, a annoncé la Fifa dimanche, révélant également que le tournoi devrait lui rapporter la somme étourdissante de 7,2 milliards d’euros d’ici la fin de l’année. Le président de la Fifa Gianni Infantino s’est réjoui devant les 211 membres de la fédération internationale que ces « chiffres fantastiques » aient été atteints « en dépit du Covid, en dépit de différentes crises dans le monde ».

Faut-il regarder la « Coupe d’immonde » ? Le dilemme des supporters

Le Qatar a déjà vendu plus de tickets que la Russie, qui en avait écoulé 2,4 millions lors du Mondial-2018. Les supporters du Qatar, de l’Arabie saoudite, des Etats-Unis, du Mexique, de la Grande-Bretagne, des Emirats arabes unis, de l’Argentine, de la France, de l’Inde et du Brésil sont ceux ayant acheté le plus de précieux sésames.

La suite après la publicité

En outre, plus de 5 millions de téléspectateurs ont suivi le match d’ouverture selon Médiamétrie, une audience supérieure à celui du Mondial-2018 (un peu moins de 4 millions de spectateurs, mais un jeudi). « Enorme succès pour le lancement » du Mondial, s’est réjouie TF1, seule chaîne française à retransmettre les matchs en clair.

8 heures – « On était morts de froid » : la climatisation du match d’ouverture fait jaser

On espère que Gérald Darmanin avait pris une petite laine. Le ministre de l’Intérieur français, qui avait fait le déplacement pour la cérémonie et le match d’ouverture de la Coupe du Monde dimanche, aura profité de la climatisation dans la moiteur vespérale d’Al-Khor, où la température n’excédait pourtant pas 27 °C au plus chaud de la journée.

« Quand Macron dit qu’il ne faut pas politiser le sport, c’est nier une réalité »

Il ne faisait que 25 °C à l’extérieur du stade Al-Bayt au coup d’envoi de Qatar-Equateur, qui a vu l’équipe hôte s’incliner logiquement (0-2), et pourtant la climatisation était bel et bien en route pour garantir une température de 20 °C dans les travées du stade… dont le toit était ouvert. Les supporters et les invités ont donc remis la veste.

Le visionnage de cette vidéo est susceptible d’entraîner un dépôt de cookies de la part de l’opérateur de la plate-forme vidéo vers laquelle vous serez dirigé(e). Compte-tenu du refus du dépôt de cookies que vous avez exprimé, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la lecture de cette vidéo. Si vous souhaitez continuer et lire la vidéo, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.

« On était tous morts de froid, confie Angelica, supportrice équatorienne, au micro de RMC Sport. En Equateur, on a des régions où il fait froid mais ici, c’était pire que chez nous ou que chez vous en Europe. On avait les pieds gelés. On se couvrait avec notre drapeau. On avait envie qu’ils éteignent cette climatisation. »

« Il fait trop froid », s’est plaint Faisal, supporter qatari interrogé par l’agence Associated Press, en se demandant si la climatisation, qui « fonctionne bien », était bien nécessaire dans la nuit venteuse et désertique. Pour accueillir la Coupe du Monde, le Qatar a construit ou rénové huit stades au total, dont sept sont équipés de la climatisation. Le comité organisateur promettait pourtant à quelques mois de la compétition que « la climatisation ne sera pas activée puisque les mois de novembre et décembre au Qatar correspondent à la période hivernale. La température y est donc douce ». Mais pourquoi se priver ?





Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *