Des salariées de la FFF assurent avoir reçu des SMS à caractère sexuel du président Le Graët

0 0



Des employées de la Fédération française de Football (FFF) assurent avoir reçu des messages à caractère sexuel de la part du président Noël Le Graët, selon des témoignages anonymes publiés par le magazine « So Foot » paru ce jeudi 8 septembre.

Noël Le Graët veut bien arrêter les matchs pour racisme… mais pas pour homophobie

Dans une longue enquête intitulée « Ma Fédé va craquer », le mensuel publie trois extraits de SMS non datés dont auraient été destinataires des collaboratrices actuelles ou passées de la FFF et envoyés par le dirigeant breton, âgé de 80 ans : « Venez chez moi pour dîner ce soir », « je préfère les blondes, donc si ça vous dit », « Vous êtes drôlement bien roulée, je vous mettrais bien dans mon lit ».

La suite après la publicité

« C’est bien simple, il saute sur tout ce qui bouge », explique au magazine une ancienne employée. Contacté par l’AFP, Noël Le Graët n’a pu être joint et la FFF n’a pas souhaité faire de commentaire.

La FFF déjà condamnée en octobre 2021

Selon le magazine, le sexisme serait « élevé au rang d’art » à la FFF, où un séminaire sur « la question de l’humour sexiste » a été organisé en 2016. Selon une source interrogée par « So Foot », plusieurs femmes ont ainsi démissionné ces dernières années de l’instance car elles se sentaient « harcelées sexuellement, mais aussi moralement » au sein de l’association.

En octobre 2021, le conseil des prud’hommes de Paris avait condamné la FFF à verser 10 000 euros de dommages et intérêts dans une affaire l’opposant à une ancienne salariée qui accusait un cadre de harcèlement sexuel.

Le site de la FFF semble avoir oublié le lancement de la Coupe du Monde féminine

La juridiction avait condamné la FFF pour « manquement à son obligation en matière de lutte contre des agissements de harcèlement sexuel » attribués au directeur financier de l’instance, Marc Varin, à l’égard de la plaignante.

La suite après la publicité

Celle-ci accusait notamment son supérieur d’avoir tenté de lui arracher un baiser à deux reprises, fin 2017 et durant le Mondial-2018, faisant également état de « regards insistants », de « remarques quotidiennes » et « d’observations absolument déplacées ».

La direction de la FFF avait adressé un « rappel à l’ordre » à son directeur financier et mis en place une formation « anti-harcèlement » à son siège du boulevard de Grenelle, à Paris.





Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *