Et si avoir la toxoplasmose rendait plus attirant ?

0 0



En France, environ la moitié de la population souffre de la toxoplasmose sans symptômes apparents. Il y aurait d’ailleurs entre 200 et 300 000 nouvelles infections chaque année. Généralement bénigne chez les personnes en bonne santé, Toxoplasma gondii peut être responsable d’affections graves quand elle infecte une femme enceinte ou immunodéprimée. Généralement, le parasite est présent dans la viande crue ou les fruits et les légumes qui n’ont pas été suffisamment lavés avant la consommation.

Mais, une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique Peer J (source 1), vient d’attribuer un avantage inattendu à cette infection parasitaire. En effet, les personnes touchées seraient plus belles physiquement que les autres. Elles seraient même en meilleure santé.

Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont analysé de quelle manière évoluait l’attractivité des personnes porteuses de ce parasite. Ainsi, ceux qui été infectés se trouvaient plus attirants que les autres. Mais ce n’est pas tout puisque les femmes infectées par le virus auraient également un indice de masse corporelle plus faible. Selon les chercheurs de cette étude, elles auraient également davantage de partenaires sexuels. « Nous avons constaté que les hommes infectés présentaient une asymétrie faciale fluctuante inférieure, tandis que les femmes infectées avaient une masse corporelle inférieure, un indice de masse corporelle inférieur, une tendance à une asymétrie fluctuante faciale inférieure, une attirance auto-perçue plus élevée et un nombre de partenaires sexuels plus élevé que les femmes non infectées », résument les scientifiques. Cette asymétrie fluctuante serait d’ailleurs un signe de bonne santé.

Manipulation du parasite

« Nos résultats suggèrent que certains parasites sexuellement transmissibles, tels que T. gondii , peuvent produire des changements dans l’apparence et le comportement de l’hôte humain, soit en tant que sous-produit de l’infection, soit à la suite de la manipulation du parasite pour augmenter sa chande de se propager à de nouveaux hôtes. Pris ensemble, ces résultats jettent les bases de recherches futures sur la manipulation de l’hôte humain par des agents pathogènes et des parasites sexuellement transmissibles », résume cette étude.

Les chercheurs tenter d’expliciter le lien entre ces résultats et l’infection parasitaire : « La présente étude offre de nouvelles preuves que l’infection à T. gondii peut également être associée à des changements phénotypiques chez les humains infectés ainsi qu’avec une meilleure évaluation de leur attractivité et de leur santé ».



Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *