compléments alimentaires 350x123

La loi définit les compléments alimentaires en partie comme des produits pris par voie orale qui contiennent un « ingrédient alimentaire ». Les ingrédients alimentaires comprennent les vitamines, les minéraux, les acides aminés et les herbes ou plantes médicinales, ainsi que d’autres substances pouvant être utilisées pour compléter le régime alimentaire.

Les compléments alimentaires se présentent sous de nombreuses formes, notamment des comprimés, des gélules, des poudres, des barres énergétiques et des liquides. Ces produits sont disponibles dans les magasins à travers les États-Unis, ainsi que sur Internet. Ils sont étiquetés comme compléments alimentaires et comprennent entre autres

  • produits vitaminés et minéraux
  • produits « botaniques » ou à base de plantes—Ils se présentent sous de nombreuses formes et peuvent inclure des matières végétales, des algues, des champignons macroscopiques ou une combinaison de ces matières.
  • produits d’acides aminés – Les acides aminés sont connus comme les éléments constitutifs des protéines et jouent un rôle dans le métabolisme.
  • suppléments enzymatiques : les enzymes sont des protéines complexes qui accélèrent les réactions biochimiques.

Les gens utilisent des compléments alimentaires pour un large éventail de raisons. Certains cherchent à compenser les régimes alimentaires, les conditions médicales ou les habitudes alimentaires qui limitent l’apport en vitamines et nutriments essentiels. D’autres personnes se tournent vers eux pour augmenter leur énergie ou pour passer une bonne nuit de sommeil. Les femmes ménopausées envisagent de les utiliser pour contrer une baisse soudaine des niveaux d’œstrogènes.

Parlez avec un professionnel de la santé

La Food and Drug Administration (FDA) vous suggère de consulter un professionnel de la santé avant d’utiliser un complément alimentaire. De nombreux suppléments contiennent des ingrédients qui ont de forts effets biologiques, et ces produits peuvent ne pas être sûrs pour tout le monde.

Si vous avez certains problèmes de santé et que vous prenez ces produits, vous vous exposez peut-être à des risques. Votre professionnel de la santé peut discuter avec vous pour savoir s’il est sécuritaire pour vous de prendre un produit particulier et si le produit convient à vos besoins. Voici quelques conseils généraux :

  • Les compléments alimentaires ne sont pas destinés à traiter, diagnostiquer, guérir ou atténuer les effets des maladies. Ils ne peuvent pas complètement prévenir les maladies, comme certains vaccins le peuvent. Cependant, certains suppléments sont utiles pour réduire le risque de certaines maladies et sont autorisés à faire des allégations sur l’étiquette concernant ces utilisations. Par exemple, les suppléments d’acide folique peuvent prétendre réduire le risque de malformations congénitales du cerveau et de la moelle épinière.
  • Une mauvaise utilisation des suppléments peut être nocive. Prendre une combinaison de suppléments, utiliser ces produits avec des médicaments ou les remplacer à la place des médicaments prescrits pourrait entraîner des résultats nocifs, voire mortels.
  • Certains suppléments peuvent avoir des effets indésirables avant, pendant ou après la chirurgie. Par exemple, les saignements sont un risque potentiel d’effet secondaire de l’ail, du ginkgo biloba, du ginseng et de la vitamine E. De plus, le kava et la valériane agissent comme sédatifs et peuvent augmenter les effets des anesthésiques et autres médicaments utilisés pendant la chirurgie. Avant la chirurgie, vous devez informer votre professionnel de la santé de tous les suppléments que vous utilisez.

Comment les suppléments sont-ils réglementés ?

Vous devez savoir ce qui suit si vous envisagez d’utiliser un complément alimentaire.

  • La loi fédérale exige que chaque complément alimentaire soit étiqueté comme tel, soit avec le terme « complément alimentaire » soit avec un terme qui substitue une description du ou des ingrédients alimentaires du produit au mot « alimentaire » (par exemple, « complément à base de plantes » ou « supplément de calcium »).
  • La loi fédérale n’exige pas que les compléments alimentaires soient prouvés sûrs à la satisfaction de la FDA avant qu’ils ne soient commercialisés.
  • Pour la plupart des allégations faites dans l’étiquetage des compléments alimentaires, la loi n’exige pas du fabricant ou du vendeur qu’il prouve à la satisfaction de la FDA que l’allégation est exacte ou véridique avant qu’elle n’apparaisse sur le produit.
  • En général, le rôle de la FDA avec un produit de complément alimentaire commence après l’entrée du produit sur le marché. C’est généralement la première occasion pour l’agence de prendre des mesures contre un produit qui présente un risque important ou déraisonnable de maladie ou de blessure, ou qui est autrement falsifié ou mal étiqueté.
  • La publicité sur les compléments alimentaires, y compris les publicités diffusées à la radio et à la télévision, relève de la compétence de la Federal Trade Commission.
  • Une fois qu’un complément alimentaire est sur le marché, la FDA a certaines responsabilités en matière de surveillance de la sécurité. Ceux-ci incluent la surveillance de la déclaration obligatoire des événements indésirables graves par les entreprises de compléments alimentaires et la déclaration volontaire des événements indésirables par les consommateurs et les professionnels de la santé. Dans la mesure où ses ressources le permettent, la FDA examine également les étiquettes des produits et d’autres informations sur les produits, telles que les notices d’emballage, la documentation d’accompagnement et la promotion sur Internet.
  • Les entreprises de compléments alimentaires doivent signaler à la FDA tout événement indésirable grave qui leur est signalé par les consommateurs ou les professionnels de la santé.
  • Les fabricants de compléments alimentaires n’ont pas à obtenir l’approbation de l’agence avant de produire ou de vendre ces produits.
  • Il n’est pas légal de commercialiser un produit de complément alimentaire comme traitement ou remède pour une maladie spécifique, ou pour soulager les symptômes d’une maladie.
  • Il existe des limites à la surveillance par la FDA des allégations dans l’étiquetage des compléments alimentaires. Par exemple, la FDA examine la justification des allégations dans la mesure où les ressources le permettent.

Les suppléments sont-ils sûrs ?

De nombreux compléments alimentaires ont des antécédents de sécurité propres. Par exemple, des millions d’Américains consomment de manière responsable des multivitamines et ne subissent aucun effet néfaste.

Certains compléments alimentaires se sont avérés bénéfiques pour certains problèmes de santé. Par exemple, l’utilisation de suppléments d’acide folique par les femmes en âge de procréer susceptibles de devenir enceintes réduit le risque de certaines malformations congénitales.

Un autre exemple est la forme cristalline de la vitamine B12, qui est bénéfique chez les personnes de plus de 50 ans qui ont souvent une capacité réduite à absorber la vitamine B12 naturelle. Mais une étude plus approfondie est nécessaire pour certains autres compléments alimentaires.

Certains suppléments ont dû être rappelés en raison d’effets nocifs avérés ou potentiels. Les raisons de ces rappels comprennent

  • contamination microbiologique, aux pesticides et aux métaux lourds
  • absence d’un ingrédient diététique prétendument présent dans le produit
  • la présence de plus ou moins que la quantité de l’ingrédient alimentaire revendiquée sur l’étiquette

De plus, des fabricants sans scrupules ont essayé de vendre de faux produits qui ne devraient pas du tout être sur le marché.

Avant de prendre un complément alimentaire, assurez-vous qu’il est sans danger pour vous et adapté à l’usage auquel il est destiné.

Soyez un consommateur prudent et informé

  • Laissez votre professionnel de la santé vous conseiller sur le tri des informations fiables des informations douteuses.
  • Contactez le fabricant pour obtenir des informations sur le produit que vous avez l’intention d’utiliser.
  • Sachez que certains ingrédients des suppléments, y compris les nutriments et les composants végétaux, peuvent être toxiques. De plus, certains ingrédients et produits peuvent être nocifs lorsqu’ils sont consommés en grande quantité, lorsqu’ils sont pris pendant une longue période ou lorsqu’ils sont utilisés en combinaison avec certains autres médicaments, substances ou aliments.
  • Ne vous auto-diagnostiquez aucun problème de santé. Travaillez avec des professionnels de la santé pour déterminer la meilleure façon d’atteindre une santé optimale.
  • Ne remplacez pas un complément alimentaire par un médicament ou une thérapie sur ordonnance, ou par la variété d’aliments importants pour une alimentation saine.
  • Ne présumez pas que le terme « naturel » en relation avec un produit garantit que le produit est sain ou sûr.
  • Méfiez-vous du battage médiatique et des gros titres. Des conseils de santé judicieux sont généralement basés sur des recherches au fil du temps, et non sur une seule étude.
  • Apprenez à repérer les fausses déclarations. Si quelque chose semble trop beau pour être vrai, c’est probablement le cas.

Signaler des problèmes

Les effets indésirables des compléments alimentaires doivent être signalés à la FDA dès que possible. Si vous ressentez un tel effet indésirable, contactez ou consultez immédiatement votre professionnel de la santé. Vous êtes alors tous les deux encouragés à signaler ce problème à la FDA. Pour plus d’informations sur la façon de procéder, rendez-vous sur https://www.fda.gov/food/dietary-supplements/how-report-problem-dietary-supplements.

Les effets indésirables peuvent également être signalés au fabricant ou au distributeur du produit via l’adresse ou le numéro de téléphone figurant sur l’étiquette du produit. Les entreprises de compléments alimentaires sont tenues de transmettre les rapports qu’elles reçoivent sur les effets indésirables graves à la FDA dans les 15 jours.

Pour une plainte ou une préoccupation générale et non sérieuse concernant les compléments alimentaires, contactez votre coordinateur local des plaintes des consommateurs de la FDA.

retour au sommet