Itinéraires scolaires nageant dans les publicités de malbouffe | FitConvo

0 0


Les enfants de Perth sont exposés à des milliers de publicités sur la malbouffe chaque année sur le chemin de l’école, selon une étude menée par le Telethon Kids Institute.

Dirigée par le Dr Gina Trapp, responsable de l’alimentation et de la nutrition chez Telethon Kids et chercheur auxiliaire à la School of Population and Global Health de l’Université d’Australie occidentale, l’équipe de recherche a recréé des itinéraires de marche, de bus et de train vers 24 lycées de Perth – couvrant près de 27 000 étudiants – et enregistré combien d’annonces de malbouffe étaient visibles le long de chaque itinéraire.

Gina Trapp

Image: Dr Gina Trapp, responsable de l’alimentation et de la nutrition au Telethon Kids et chercheur auxiliaire à l’école de la population et de la santé mondiale de l’UWA.

Publié aujourd’hui dans le Journal d’épidémiologie et de santé communautaire, les résultats révèlent que sur les 4 016 publicités observées le long des 72 itinéraires, près de la moitié concernaient de la nourriture. De ces publicités alimentaires, 80 pour cent faisaient de la malbouffe. Seulement 8 pour cent faisaient de la publicité pour des aliments sains.

« Si les enfants prenaient le train pour se rendre à l’école, cela s’est avéré être en moyenne 37 annonces de malbouffe auxquelles ils ont été exposés par aller simple, contre 2,4 annonces d’aliments sains », a déclaré le Dr Trapp. « Les trois principaux aliments annoncés étaient les boissons sucrées, les fast-foods et l’alcool. »

Les enfants qui ont pris le bus ont été exposés en moyenne à 22 publicités de malbouffe par aller simple contre 3,5 publicités d’aliments sains, tandis que ceux qui ont marché 500 m pour se rendre à l’école ont passé en moyenne 4,5 publicités de malbouffe par aller simple par rapport à 0,6 annonces d’aliments sains.

« Si vous supposez que la quantité et la proportion d’annonces de malbouffe restent constantes, en moyenne, les écoliers de Perth qui prennent le train pourraient être exposés à près de 15 000 annonces de malbouffe sur leur trajet aller-retour à l’école au cours d’une année, par rapport à seulement 960 annonces d’aliments sains. »

Dr Gina Trapp
École de la population et de la santé mondiale

« Ils voient moins d’annonces de malbouffe s’ils prennent le bus ou marchent, mais les chiffres sont encore très élevés – et lorsque vous comparez le nombre d’annonces pour un produit alimentaire sain par rapport à un produit alimentaire malsain, nos résultats sont particulièrement préoccupants », a déclaré le Dr. dit Trapp.

Le Dr Trapp a déclaré qu’il était bien établi que la publicité sur la malbouffe était liée aux préférences alimentaires des enfants, aux types d’aliments qu’ils incitaient les parents à les laisser manger, ainsi qu’à leur apport alimentaire et à leur poids. Cependant, une grande partie de la recherche sur l’exposition des enfants à la publicité de malbouffe s’était jusqu’à présent concentrée sur la publicité télévisée.

« Très peu de recherches ont quantifié la quantité d’environnement de marketing alimentaire en plein air le long des transports en commun ou des itinéraires de marche que les enfants empruntent pour se rendre à l’école et en revenir », a-t-elle déclaré. « Ce qui est intéressant, c’est que par rapport à la publicité télévisée, avec la publicité extérieure, vous ne pouvez pas l’éteindre – elle est toujours « activée » par rapport aux autres supports publicitaires. »

L’étude s’appuie sur des recherches antérieures menées par le Telethon Kids Institute et le Cancer Council WA, dans lesquelles un audit de la publicité alimentaire extérieure à moins de 500 m de 64 écoles de Perth a également révélé que les enfants étaient submergés par des publicités de malbouffe. Cette étude a révélé qu’il y avait neuf fois plus de publicités pour des aliments malsains (y compris l’alcool) que pour des aliments sains, et a également révélé qu’une grande partie de la publicité était hébergée sur des propriétés appartenant au gouvernement telles que des abribus et des panneaux d’affichage.

Ainslie Sartori, responsable de la prévention de l’obésité au Cancer Council WA et co-auteur de l’étude la plus récente, a déclaré que combinées, les deux études ont souligné la nécessité d’une interdiction immédiate de la publicité de la malbouffe sur les propriétés appartenant à l’État – quelque chose de leader de WA les agences de santé publique non gouvernementales ont déjà demandé.

« Cette dernière recherche démontre que les enfants de Perth sont très exposés aux publicités de malbouffe pendant les trajets scolaires », a déclaré Mme Sartori.

« Cela souligne également le besoin urgent pour l’État et les gouvernements locaux de montrer l’exemple et de mettre en œuvre des politiques qui restreignent le placement et le contenu de la publicité pour la malbouffe sur leur propre propriété – une décision qui pourrait s’avérer inestimable dans la lutte en cours contre l’obésité infantile. »

Le dernier papier, Exposition à des publicités pour des aliments et des boissons malsains pendant les trajets scolaires en Australie, a été réalisée par le Telethon Kids Institute, le Cancer Council WA, l’Université Deakin et l’Université d’Australie occidentale. Le papier est disponible ici.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *