Joe Biden va subir une coloscopie : dans quels cas cet examen est-il indispensable ?

0 0



Vendredi 19 novembre, la Maison Blanche a annoncé que le président américain, Joe Biden, subira une coloscopie « de routine », lors de sa visite médicale annuelle à l’hôpital militaire Walter Reed (à Bethesda, dans Maryland). De fait, c’est Kamala Harris, la vice-présidente des États-Unis, qui héritera temporairement de ses pouvoirs.

Elle deviendra la première femme de l’Histoire du pays à exercer la présidence. Toutefois, la durée du transfert de compétences entre le président et sa vice-présidente sera « brève » et durera uniquement le temps de l’anesthésie générale, a précisé la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki. 

Un examen de routine indispensable

La coloscopie consiste à explorer la paroi interne du gros intestin à l’aide d’une sonde appelée endoscope : une fibre optique équipée d’une caméra et introduite dans l’anus. Pratiquée sous anesthésie générale légère (qui n’excède généralement pas plus d’une heure), elle permet de détecter toutes sortes d’anomalies au niveau du gros intestin, du rectum ou du sigmoïde (polypes, diverticules, inflammation, etc). 

Cet examen peut être préconisé dans plusieurs situations : 

  • en cas d’antécédents familiaux ou personnels de cancer colorectal ,
  • en cas de symptômes digestifs (diarrhées chroniques, des selles sanglantes, des douleurs abdominales inexpliquées, etc) évoluant depuis quelques semaines ou quelques mois ; 
  • ou lorsque le dépistage de sang dans les selles (test immunologique) s’est révélé positif.

L’examen est recommandé à partir de 45 ans pour les personnes à risque (ayant des antécédents familiaux ou personnels de cancer colorectal ou encore souffrant de troubles de l’appareil digestif). En l’absence de symptômes ou d’antécédents, la coloscopie est indiquée vers 50 ans.

Les risques sont minimes

La coloscopie est quasiment sans danger. Les complications sont très rare (2% des cas nécessitent une hospitalisation). Les plus courantes sont : 

  • La perforation de la paroi intestinale (immédiate ou pouvant apparaître dans les jours suivant l’examen, elle nécessite une intervention chirurgicale) ;
  • Une hémorragie causée par l’ablation d’un polype (immédiate ou pouvant apparaître dans les trois semaines suivant l’examen, elle nécessite également une intervention chirurgicale).

D’autres complications sont possibles mais restent exceptionnelles, telles que les troubles cardio-vasculaires et respiratoires, ou les infections. Les risques concernent essentiellement les personnes de plus de 60 ans souffrant de maladies cardiaques ou respiratoires, ou encore les patients prenant des médicaments anticoagulants ou des, AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens). 

Les détails du bilan de santé du Président seront publiés vendredi, dans l’après-midi, indique la Maison Blanche. Et de préciser : Joe Biden, qui ne fume pas et ne boit pas, est entièrement vacciné contre la Covid-19, et a reçu sa troisième dose fin septembre. Il fêtera ses 79 ans samedi 20 novembre. 



Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *