La basketteuse américaine Brittney Griner, prise de guerre de Moscou

0 0


L’atmosphère est à la fête dans les travées de la Saitama Arena, à Tokyo, en ce dimanche 8 août 2021. « Vous me mettrez un peu de sauce barbecue pour accompagner ces trente pions », rigole Brittney Griner, facétieuse, devant ses partenaires qui la congratulent. L’équipe féminine de basket des Etats-Unis vient de s’imposer au détriment des Japonaises, en finale du tournoi des Jeux olympiques.

Lors de ce match, la stratégie de Team USA a été simple : passer en priorité le ballon à Brittney Griner et laisser cette dernière, du haut de ses 2,03 mètres, se débrouiller seule, dans la raquette et sous le panier adverses. Imparable. Avec trente points inscrits (quatorze tirs réussis sur dix-huit tentés) – un record en finale olympique chez les dames –, la numéro 15 a largement contribué à la victoire (90-75) et au gain d’un septième titre olympique consécutif pour les Etats-Unis.

Un an a passé. Brittney Griner a, contre son gré, troqué les parquets pour une prison et les cours de justice. La basketteuse américaine est emprisonnée depuis près de six mois en Russie. Mi-février – quelques jours avant le début de la guerre en Ukraine –, elle a été arrêtée à l’aéroport moscovite de Cheremetievo en raison de la présence, dans ses bagages, de liquide de vapoteuse à base de cannabis, interdit en Russie, mais légal dans de nombreux Etats américains.

Lire aussi : Brittney Griner : les Etats-Unis et la Russie prêts à continuer de discuter d’un échange de prisonniers

Jeudi 4 août, elle a été condamnée par le tribunal de Khimki, près de Moscou, à une peine de neuf ans de prison pour « possession et trafic de drogue ». Une décision « insensée », selon ses avocats, qui ont annoncé la volonté de la joueuse de faire appel de ce jugement.

Alors que Brittney Griner s’est retrouvée malgré elle plongée dans la crise géopolitique entre Washington et Moscou, en plein conflit en Ukraine, la Russie s’est dit « prête » à discuter d’un échange de prisonniers avec les Etats-Unis. « Les discussions sur le sujet très sensible d’un échange de (prisonniers) se déroulent via des canaux choisis par nos présidents », a confirmé le directeur du département Amérique du Nord au ministère russe des affaires étrangères, Alexandre Dartchiev, dans un entretien publié samedi 13 août par l’agence de presse russe Tass.

Star universitaire

A 31 ans, la Texane fait partie du gratin du basket mondial, depuis près de dix ans. Elle a crevé l’écran en 2013 : dès son premier match sous le maillot des Phoenix Mercury en Women’s National Basketball Association (WNBA), la ligue nord-américaine équivalente de la NBA chez les hommes, elle a inscrit deux dunks. Jusque-là, seules deux joueuses avaient réalisé en match ce geste spectaculaire, qui consiste à venir « claquer » le ballon, à une ou à deux mains, dans l’arceau du panier, puis à s’accrocher à ce dernier.

Il vous reste 67.96% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.





Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *