la fédération américaine nomme une ex-procureure pour enquêter sur des agressions sexuelles

0 0


La Ligue féminine nord-américaine de football (NWSL) est dans la tourmente à la suite du licenciement de deux entraîneurs accusés d’agressions sexuelles pour l’un et de harcèlement pour l’autre. Critiquée pour sa gestion du dossier depuis les premières accusations formulées par des joueuses il y a quelques mois, Lisa Baird, la commissaire de la ligue, a démissionné vendredi 1er octobre. Tous les matchs prévus ce week-end aux Etats-Unis ont été suspendus et, lundi, la Fédération américaine de football (US Soccer) a annoncé avoir demandé à une ancienne procureure fédérale d’enquêter sur ces allégations d’agressions et de harcèlement.

« US Soccer a demandé à Sally Q. Yates, du cabinet King & Spalding LLP, de mener une enquête indépendante sur les allégations de comportements inappropriés et d’agressions sexuelles dans le football professionnel féminin », a précisé la fédération dans un communiqué publié dimanche. Sally Yates bénéficiera d’« une autonomie totale, de tous les accès et ressources nécessaires pour vérifier des faits et trouver des preuves, où qu’elles soient », a ajouté l’instance.

La Fédération internationale de football (FIFA) avait elle aussi annoncé, vendredi, qu’elle ouvrait une enquête. C’est le licenciement, jeudi 30 septembre, de Paul Riley, l’entraîneur du North Carolina Courage, qui a tout déclenché. Cet Anglais de 58 ans est accusé d’agressions sexuelles par deux joueuses, des accusations qu’il conteste formellement. La semaine dernière, un autre entraîneur de la NWSL, Richie Burke, qui dirigeait l’équipe des Washington Spirit, qui a également été limogé après une enquête sur des accusations de harcèlement verbal et moral.

Lire aussi La FIFA enquête sur des allégations d’agression sexuelle dans la ligue féminine nord-américaine

« La Ligue a été informée de nombreuses fois de ces allégations et a refusé d’enquêter », avait regretté, après ces annonces, l’internationale américaine Alex Morgan, qui connaît le profil de Paul Riley pour avoir joué sous ses ordres. Tout comme Megan Rapinoe qui, elle aussi, a dénoncé la gestion de ce dossier par les instances du football : « Protégez vos joueuses. Faites ce qu’il faut à la NWSL, a-t-elle tweeté Morgan. Des hommes protègent d’autres hommes qui agressent des femmes. Il faut tout brûler. Il faut que leurs têtes tombent. »

Le Monde avec AFP



Source

Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *