LA QUESTION SEXO – « Je n’ai pas fait l’amour depuis deux ans. Ai-je tout oublié ? »

0 0


Aussi bien chez les hommes que chez les femmes, la découverte de la sexualité avec un nouveau partenaire peut-être source d’angoisses, notamment lorsqu’elle fait suite à une longue période d’abstinence. Fabien, auditeur d’Europe 1, n’a par exemple pas eu de relation sexuelle depuis près de deux ans, et s’inquiète des conséquences de cette longue attente sur sa sexualité. Jeudi, dans Sans rendez-vous, la sexologue Catherine Blanc lui a donné quelques conseils pour aborder cette étape avec plus de confiance. 

La question de Fabien

« Je n’ai pas eu de rapports sexuels depuis presque deux ans et ça me pèse. Y a-t-il un risque pour que je ne sache plus comment m’y prendre avec une femme, ou c’est comme le vélo ? 

La réponse de Catherine Blanc 

Il faut oublier la technique et laisser le naturel du corps trouver l’équilibre. Dans la sexualité, il y a cette appréhension de rencontrer l’autre, de pénétrer l’autre. Mais les découvertes faites nous rendent à l’évidence de la spontanéité des corps et de leur emboîtement naturel.

Le corps sait le chemin. Mais c’est comme le vélo, il faut compter ou ne pas compter sur les encombrements que peut entraîner le psychisme. Par exemple, si je dévale un escalier quatre à quatre, tout en réfléchissant à d’autres choses, naturellement, mes pieds savent exactement où se poser. Mais parfois, ma tête va venir encombrer cela parce que je vais me dire : ‘Est-ce que j’ai bien posé le pied au bon endroit ? Est ce que je fais bien ?’ Et d’un seul coup, je ne fais plus bien, je perds l’équilibre. C’est quelque chose qui se joue aussi parfois dans les relations amoureuses.  

Est-ce que deux ans, c’est si long ?

Deux ans, cela ne me choque pas. Plein de gens connaissent des périodes d’abstinence importantes, parce que leur vie est ailleurs, parce qu’ils ont eu d’autres chats à fouetter. Et puis deux ans, ça passe vite. Il n’y a rien qui s’oublie. Il y a juste à se redonner une ambition dans la relation à l’autre. 

Ce qui effraie Fabien, c’est moins la durée de son abstinence que la découverte d’une nouvelle partenaire. Par le passé, il a été en relation avec quelqu’un et ne s’est pas posé les questions de ce qu’il savait ou ne savait pas faire. Et là, tout d’un coup, il y aura une nouvelle rencontre. 

Est-ce une angoisse purement masculine ?

Les femmes aussi se posent la question, et se mettent la pression pour plaire. ‘Est-ce que je serai ridicule ? Est-ce que je vais toujours me lubrifier ou pas ?’. Les hommes sont parfois plus au fait de leur érection, quand les femmes, elles, voient un peu moins ce qui se passe en elles.

C’est quand même source d’anxiété de redémarrer quelque chose si notre vie s’est un peu ternie. Et je ne parle pas que d’un point de vue amoureux. Car si notre vie professionnelle ou sociale est assez joyeuse, la sexualité prend naturellement le même élan. C’est quand il y a des choses qui sont un peu en berne qu’elles nous laissent à penser que la sexualité pourrait être en difficulté.

Faut-il en parler à son partenaire ?

Oui ! Le dire, c’est déjà passer cette première épreuve, et avoir une main tendre qui nous y accompagne. 



Source

Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *