le dernier combat de Rafael Nadal ?

0 0



Publié le :

Rafael Nadal, invaincu en finale de Roland-Garros, n’est plus qu’à un seul match d’un 14e titre sur la terre battue parisienne malgré les interrogations constantes sur sa forme physique et son pied gauche.

Plus les tours passent, plus le Roland-Garros de Rafael Nadal ressemble à une formidable épopée. Un de ces westerns ou films de samouraï où le héros au corps grinçant sort de sa retraite pour un dernier combat. L’ultime duel est d’ailleurs en vue pour le gaucher de Majorque : il affronte dimanche 5 juin en finale le jeune Casper Ruud, 23 ans, dans un duel qui pourrait s’apparenter à une passation de flambeau.

En effet, si le Norvégien est un spécialiste de l’ocre, Rafael Nadal en est tout simplement le roi. Au fil de sa longue et prolifique carrière, l’Espagnol s’est imposé comme le maître de la terre battue avec 472 victoires pour 46 défaites, soit 91 % de réussite sur l’ocre. Il est même le roi incontesté de Roland-Garros avec 111 victoires pour trois défaites, soit 97 % de réussite.

Sauf que Rafael Nadal a désormais 36 ans. Si ses prestations sur les tours précédents ont prouvé qu’il était loin d’être sur le déclin, il a tout de même un talon d’Achille bien identifié : un pied gauche qui le fait souffrir de manière chronique et dont l’intensité de la douleur peut ruiner ses ambitions, comme à Rome en huitièmes de finale où il a été battu par Shapovalov après avoir serré les dents pour ne pas abandonner.

« Après ça, je n’étais pas très optimiste en ce qui concerne mon pied, tout en étant positif sur le fait que je serais en mesure de jouer ici (à Roland-Garros). Et me voilà. J’ai joué, je me suis battu, j’ai fait tout mon possible pour me donner au moins une chance de jouer la finale », a expliqué le Majorquin après sa demi-finale vendredi. « Et tous les sacrifices que j’ai dû faire, tous les moments que j’ai traversés pour essayer de continuer à jouer, tout ça fait sens quand on vit des moments comme ceux que je vis dans ce tournoi », a-t-il ajouté, sans dévoiler le traitement prescrit par son docteur pour supporter la douleur à Paris.

Rafael Nadal sort de plusieurs manches qui ont mis son corps à rude épreuve. En huitième de finale, le jeune prodige canadien Félix Auger-Aliassime l’a emmené dans un cinquième set, une rareté pour l’Espagnol à Roland-Garros puisque c’était seulement la troisième fois de sa carrière. En quart de finale, il a ferraillé avec son rival Novak Djokovic pendant 4 h 11. En demi-finale, il est apparu émoussé face à Alexander Zverev, subissant sa loi malgré un premier set glané au tie-break. L’abandon sur blessure de l’Allemand a écourté sa souffrance alors que le match allait connaître un deuxième jeu décisif.

« Il y a eu beaucoup de moments dans ce match où il s’agissait pour moi de survivre », a concédé Rafael Nadal.

Ruud, la force de la jeunesse

« Il a 13 victoires pour zéro défaite en finale, donc ma tâche peut sembler impossible. Mais je ferai tout mon possible… comme ont fait les treize autres avant moi », explique prudemment Casper Ruud, 8e mondial à 23 ans, qui mesure l’ampleur du défi qui l’attend.

« Je vais rêver (la nuit avant la finale) que je fais de grands coups gagnants et des longs échanges incroyables parce que c’est à ce prix que j’aurai une chance et il faudra que je joue le meilleur tennis de ma vie. Mais je dois y croire », a résumé le joueur aux huit titres sur le circuit, dont sept sur terre battue.

Le jeune Norvégien s’entraîne à l’académie de son adversaire aux Baléares et les deux hommes ne se sont jamais affrontés sur le circuit mais ont déjà joué des sets à l’entraînement. « Il m’a toujours battu, mais c’est parce que c’est son académie et que je voulais être gentil », a plaisanté Ruud.

Le jeune Scandinave se présente avec l’insouciance de la jeunesse. Une jeunesse qui pousse, à l’image de Carlos Alcaraz, Félix Auger-Aliassime ou encore Holger Rune, au point d’éclipser la « next gen », les Zverev, Tsitsipas, Rublev et autres Medvedev qui devaient régner sur le tennis après le départ du « Big Three ».

Une retraite en cas de victoire ?

D’après les informations du quotidien espagnol Marca, Rafael Nadal pourrait même mettre un terme à sa saison en cas de victoire dimanche. Selon le journal, le gaucher espagnol n’aurait pas de calendrier fixé après Roland-Garros et pourrait donc prendre une pause conséquente pour ménager son pied, séchant Wimbledon et l’US Open.

Des informations qui ont agité la communauté des fans de tennis, qui ont même imaginé le « taureau de Manacore » raccrocher la raquette en soulevant sa 14e Coupe des Mousquetaires. L’Espagnol a cependant coupé court à ces conjectures. « Je suis confiant et je pense que je peux revenir [à Roland-Garros] », a déclaré Nadal, selon Eurosport. « J’accepte les choses comme elles viennent, je n’ai pas l’intention de faire passer cela pour un adieu. »

Cependant, il confessait qu’il échangerait « sans doute » une 14e Coupe des Mousquetaires contre un pied gauche tout neuf. Preuve d’une carrière immense où il a déjà tout gagné car beaucoup de joueurs du circuit, toujours à la recherche d’un titre majeur, seraient prêts à échanger un bras ou une jambe contre un sacre en Grand Chelem.



Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *