Le trampoline, en cause dans près de la moitié des admissions d’enfants aux urgences

0 0



Le trampoline, un loisir plus dangereux qu’il n’y paraît. Chute, mauvaise réception, choc contre un autre enfant… Les accidents sont de plus en plus nombreux. Au Royaume-Uni, ils sont à l’origine de la moitié des admissions aux urgences chez les moins de 14 ans, alerte une récente étude, parue dans le Injury Prevention du British Medical Journal (source 1). 

Pour cause ? Les parcs à trampolines rencontrent de plus en plus de succès auprès des jeunes enfants et de leurs parents. Mais faire du trampoline « est une activité potentiellement dangereuse », alertent les chercheurs. Pour limiter le risque de blessures, mieux vaut sauter au trampoline chez soi, que dans un parc dédié à cette pratique !

De plus en plus de blessures en centres

Pour évaluer la nature et la prévalence des risques, les chercheurs ont analysé les données d’études menées au Royaume-Uni, mais aussi aux États-Unis, en Corée du Sud, au Canada, à Singapour, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Au total, leur méta-analyse portait sur près de 1,4 million d’accidents. Et les observations des scientifiques pourraient bien refroidir certains parents : les enfants qui se rendaient dans les centres de trampoline étaient deux fois plus susceptibles de souffrir de fractures ou d’entorses que ceux qui les utilisaient à la maison. Les petites blessures aux jambes étaient aussi trois fois plus fréquentes.

La résistance à la traction plus élevée utilisée dans les centres de trampoline commerciaux peut produire un rebond plus dur, créant un saut plus haut, à même d’exercer une pression plus importante sur les os, expliquent les experts.

Par ailleurs, les enfants auraient tendance à être plus téméraires dans des parcs dédiés, que sur les trampolines de leur jardin. Un risque plus élevé de blessures a d’ailleurs été observé chez les enfants plus âgés et les adolescents. Ils seraient plus enclins à effectuer des figures acrobatiques telles que des backflips

À noter : les centres de trampoline enregistrent toutefois 52 % de blessures aux bras, de coupures et de commotions cérébrales en moins, ce que les chercheurs attribuent au rembourrage protecteur.

Renforcer l’encadrement en centres de trampolines

« Ces travaux démontrent la nécessité d’imposer des règles de sécurité dans les centres publics de trampolines« , alerte le Pr Guy Eslick, co-auteur de l’étude (source 2). 

Et de préciser : « À l’heure actuelle, les directives de sécurité ne sont pas strictement encadrées dans les centres de trampoline, présents un peu partout dans le monde. La plupart n’exigent qu’une décharge de responsabilité en cas de blessure de l’utilisateur avant l’admission ». 

Pour faire du trampoline en toute sécurité : 

  • Installez un filet de protection autour du trampoline ; 
  • Limitez les figures acrobatiques quand les conditions de sécurité ne sont pas réunies ;
  • Choisissez un trampoline adapté à la taille des utilisateurs et veillez à ce qu’il soit bien installé à plat ;
  • Ne laissez pas les enfants sans surveillance sur un trampoline, et pensez éventuellement à verrouiller l’accès une fois la session terminée

« Compte tenu de l’expansion mondiale rapide de l’industrie commerciale du trampoline au cours de la dernière décennie, de l’augmentation des taux de blessures et du coût pour les systèmes de santé, le développement et la mise en œuvre de normes de sécurité fondées sur des preuves, de stratégies préventives et de campagnes de sensibilisation du public sont nécessaires de toute urgence », conclue l’étude.  



Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *