le trio Paris, Monaco, Lyon gagne et reste au contact du leader lillois

0 0


Quatre clubs qui se tiennent en quatre points à cinq journées de la fin : le championnat de France de Ligue 1 ne peut pas écrire un scénario plus serré et intense que celui qui se déroule dans cette saison marquée par le Covid-19 et les stades vides.

Avec les succès du PSG, Monaco et Lyon, dimanche 18 avril, la pression s’est accentuée sur le leader lillois, tenu en échec vendredi par Montpellier.

Le miracle parisien contre Saint-Etienne

Faut-il y voir de la simple chance ou la réussite du champion ? En battant les Verts in extremis, grâce à un doublé de Kylian Mbappé et un but salvateur de Mauro Icardi, le Paris-Saint-Germain a non seulement mis fin à sa pire série depuis 2007 à domicile en L1 – trois défaites d’affilée – mais aussi réalisé une belle opération comptable.

L’équipe de Mauricio Pochettino (2e avec 69 pts) est revenue à une petite longueur du leader lillois. C’était loin d’être envisageable à un quart d’heure de la fin du match quand les héros de l’exploit européen réussi mardi face au Bayern Munich, en manque d’intensité, se sont retrouvés menés au score sur un but de Denis Bouanga (1-0, 77e).

L’insatiable Mbappé s’est chargé de renverser la situation, d’un enchaînement splendide (79e) puis sur un penalty qu’il a lui-même obtenu et transformé (2-1, 87e), portant son bilan en tête du classement des buteurs de Ligue 1 à 23 buts.

Mais l’égalisation opportuniste de Romain Hamouma (90+1) a tout relancé, avant qu’Icardi, en manque de temps de jeu, ne se rappelle au bon souvenir de Pochettino d’une tête providentielle (90+5).

« C’est une victoire sur la dernière action, je ne sais pas si c’est une victoire de champion, mais c’est la victoire d’une équipe qui y croit », a savouré le technicien argentin.

Paris reste en lice sur trois tableaux cette saison : Ligue 1, Coupe de France avec un quart de finale contre Angers mercredi, et Ligue des champions avec une alléchante demi-finale contre Manchester City (28 avril et 4 mai).

Lire aussi Ligue des champions : Manchester City rejoint le PSG en demi-finales, le Real Madrid affrontera Chelsea

Monaco toujours impressionnant

L’attaquant montenégrin de Monaco, Stevan Jovetic, buteur à Bordeaux, lors de la victoire de l’ASM, dimanche 18 avril.

Monaco, en s’imposant logiquement à Bordeaux (3-0), dimanche après-midi, a répondu à distance au PSG, et recollé à deux points de Lille. Sur le papier, il y avait une classe d’écart entre ces Monégasques insatiables en 2021 et ces Bordelais en pleine déliquescence. Cela s’est confirmé sur le terrain, dès l’entame, avec une maîtrise princière impressionnante, une sérénité de quasiment tous les instants – premier tir concédé à la 65e minute –, et de la justesse technique.

Juste avant la demi-heure, sur une passe de Benoît Badiashile cassant deux lignes, Ben Yedder a dévié dans le bon tempo vers Kevin Holland qui, après s’être joué de Baysse, a enroulé du droit un ballon dans la lucarne opposée de Benoît Costil, pour inscrire son quinzième but cette saison.

A la reprise, Tchouaméni, à la chute d’un second ballon, a parfaitement lancé en profondeur Gelson Martins pour un face à face victorieux devant Costil (0-2, 47e), tuant ainsi quasiment tout suspense. Pour la route et améliorer un peu leur différence de buts, Stevan Jovetic y est aussi allé d’une réalisation à l’ultime minute, de la tête à la conclusion d’une action à trois avec Caio Henrique au centre et Sofiance Diop à la remise de la tête (3-0).

Avec ce treizième succès en seize matchs de championnat en Ligue 1 (une seule défaite), l’ASM ressemble à une machine de confiance et de régularité, et fait un candidat plus que sérieux au titre.

Lyon ne lâche pas

Doublé, dont un pénalty, pour le buteur néerlandais de Lyon, Memphis Depay, dimanche 18 avril, lors de la victoire de l’OL à Nantes.

L’Olympique lyonnais, a, lui aussi, préservé ses chances dans la course au titre en l’emportant 2-1 sur des Nantais toujours plus proches de la relégation, grâce à un doublé de Memphis Depay, en clôture, dimanche de cette 33e journée de Ligue 1.

Avec 67 points, les hommes de Rudy Garcia restent dans la roue du trio de tête, à trois points de Lille, deux points du PSG et un point de Monaco. Eux qui n’avaient pris qu’un point en trois matches (nuls à Reims et Lens 1-1, défaite contre Paris 2-4) ont ainsi confirmé leur victoire de la semaine dernière contre Angers (3-0), déjà signée Depay et Paqueta.

Les Lyonnais ont donné une leçon de technique et d’efficacité à des Nantais nettement plus entreprenants que d’ordinaire mais trop souvent fébriles. Ils ont couru et pressé comme rarement ces derniers temps, avec un Randal Kolo Muani intenable, mais sans réussir à se montrer dangereux dans les 25 derniers mètres, à l’image de Kalifa Coulibaly, qui à deux reprises s’est présenté seul dans la surface après s’être défait de son défenseur… pour s’arrêter et attendre un soutien.

Lire aussi Des moqueries à la course au titre, la rédemption de l’Olympique lyonnais

En face, les Lyonnais se sont montrés cliniques en première période, avec Lucas Paqueta à la baguette. Le chef d’orchestre brésilien a d’abord résisté à un retour défensif de Moses Simon pour servir un Depay complètement démarqué, qui n’a plus eu qu’à pousser la balle de l’extérieur du pied dans le petit filet (0-1, 5e). Puis Paqueta a lancé Karl Toko Ekambi dans le dos de Charles Traoré sur la droite. Sorti en retard, Alban Lafont a fauché l’attaquant camerounais et l’arbitre Benoît Bastien n’a pas hésité à désigner le point de penalty. Une punition que Depay a transformée en force (0-2, 37e).

Mais alors que l’efficacité lyonnaise s’effilochait en seconde période, les efforts nantais ont été récompensés sur un corner, Kolo Muani a repris de la tête et Anthony Lopes a repoussé la balle dans les pieds de Nicolas Pallois. Le défenseur nantais, qui célébrait dimanche son centième match de Ligue 1 en Jaune et Vert, a réduit l’écart du droit (1-2, 60e).

Mais L’OL a tenu et signé un succès capital dans la course au titre et à la Ligue des champions, avant de poursuivre un calendrier démentiel : quart de finale de Coupe de France mercredi contre Monaco, choc contre le leader lillois, dimanche, en Ligue 1, et déplacement périlleux à Monaco lors de la journée suivante. De quoi s’offrir le droit de rêver à un titre improbable, ou, au contraire, voir ses ambitions réduites à néant dans une Ligue 1 au cru exceptionnel.

Lire aussi Ligue des champions féminine de football : Paris renverse Lyon et met fin à sa domination européenne

Le Monde avec AFP



Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *