le XV de France entame sa préparation pour le Tournoi des Six Nations malgré les doutes

0 0



Publié le :

Pas de casse lors du dernier week-end avec les clubs, et le XV de France peut s’atteler à partir de lundi à la préparation du dernier Tournoi des Six Nations avant sa Coupe du monde à domicile. Les 42 joueurs convoqués par Fabien Galthié se réunissent dans le sud-ouest de la France.

Avant le mondial à la maison, place au Tournoi des Six Nations. L’équipe de France de rugby, tentante du titre, se réunit à partir du lundi 23 janvier à Capbreton (Landes, sud-ouest du pays) pour un stage de préparation en vue du tournoi qui débutera le 5 février prochain à Rome contre l’Italie.

Pour compenser la cascade de blessures hivernales, le sélectionneur du XV de France, Fabien Galthié, a convoqué huit « petits nouveaux », un chiffre qui n’a pas dû être revu à la hausse après les rencontres de ce week-end.

>> À lire aussi dans le XV du mois : les Bleus concentrés sur leur quête d’un premier sacre au Mondial-2023

 

Une attaque de feu

S’il y a bien un motif de satisfaction pour l’encadrement des Bleus alors que se profile leur premier match du Tournoi à Rome le 5 février, c’est bien le groupe des avants, dont les performances ont encore été énormes lors du dernier week-end avant le stage, durant la Champions cup. 

Ainsi, le talonneur du Stade toulousain Julien Marchand (17 ballons joués à la main, 52 mètres gagnés, 10 plaquages et 3 turnovers remportés face au Munster) et le troisième ligne de La Rochelle Grégory Alldritt (1 essai, 19 ballons joués, 46 mètres gagnés contre Northampton), pour ne citer qu’eux, ont été désignés chacun « homme du match ».

En l’absence du deuxième ou troisième ligne du Racing 92 Cameron Woki, forfait, c’est Sekou Macalou qui s’est illustré, en Challenge Cup avec le Stade français face à Trévise : 1 essai, 33 mètres gagnés, 5 ballons pris en touche et 2 passes après contact. Et que dire du troisième ligne Anthony Jelonch, meilleur plaqueur (14) des Toulousains dimanche, et du « vétéran » Paul Willemse (13 plaquages, 14 ballons joués à la main face aux London Irish) ? 

Qui derrière Antoine Dupont en charnière ?

Si au poste de N.9 titulaire, le Toulousain Antoine Dupont, encore décisif dimanche (9 défenseurs battus !), suscite toujours l’unanimité au point d’avoir vu son capitanat prolongé, le nom de sa doublure fait débat, en l’absence du demi de mêlée de l’UBB Maxime Lucu, blessé. 

Entre Nolann Le Garrec (20 ans), titulaire indiscutable au Racing 92 comme samedi face au Leinster, et Léo Coly (23 ans), qui subit la concurrence de Cobus Reinach à Montpellier, le staff des Bleus va devoir trancher.

Au poste de demi d’ouverture, l’habituel titulaire Romain Ntamack, qui a eu droit lui aussi à prendre quelques jours de congés lors des fêtes de fin d’année, avant de réaliser une inhabituelle contre-performance contre La Rochelle en championnat le 7 janvier (48 minutes seulement de jeu, premier carton jaune de sa carrière), semble en deçà de son niveau habituel après avoir vécu un automne déjà mitigé.

Les lignes arrières, motif d’inquiétude

C’est finalement au sein des lignes arrières que l’encadrement des Bleus est dans le flou. Non seulement en raison du grand nombre de blessés ou d’incertains aux postes de 10 à 15 (Arthur Vincent/MHR, Jonathan Danty/la Rochelle, Gabin Villière/Toulon, Damian Penaud/Clermont…), mais aussi par les dégâts au mental qu’ont occasionné chez certains les deux dernières journées de Champions Cup.

Ainsi, le « taulier » Gaël Fickou, doyen des Bleus avec ses 74 sélections, connaît depuis quelques semaines des moments difficiles avec son club du Racing 92. Éliminé en Champions Cup samedi, le club francilien enchaîne les déconvenues en championnat : pas idéal à l’heure d’entamer une campagne avec les Bleus pour Fickou.

Son compère au centre Yoram Moefana n’étant pas au mieux non plus en club (l’UBB a enregistré une 4e défaite en 4 matches samedi à Gloucester), il reste le toujours régulier Melvyn Jaminet, qui a encore claqué 15 points dimanche contre le Munster. En attendant, pourquoi pas, les novices Emilien Gailleton (Pau) et Ethan Dumortier (Lyon).

Avec AFP



Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *