l’Italien au drapeau LGBT s’explique

0 0



Un drapeau LGBT en soutien aux homosexuels dont les libertés sont bafouées au Qatar, un maillot de football floqué d’un « Sauver l’Ukraine » devant, et de « Respectez les femmes iraniennes » au dos. Les droits humains se sont invités sur le terrain de la Coupe du Monde lundi 28 novembre : lors du match entre le Portugal et l’Uruguay, un Italien nommé Mario Ferri a traversé la pelouse du stade de Lusail, à Doha.

A la 52e minute du match, après avoir traversé le terrain en courant pendant une trentaine de secondes devant les joueurs sans réaction, l’homme a été plaqué au sol par un stadier puis escorté calmement par la sécurité hors de la pelouse. La scène n’a été montrée que furtivement à la télévision. Le trentenaire a été rapidement relâché « sans autre conséquence », a annoncé le ministère italien des Affaires étrangères ce mardi.

La suite après la publicité

« Après Maroc-Croatie, j’ai mis quatre heures à rentrer » : comment les supporters français vivent le début du Mondial

Sur son compte Instagram, Mario Ferri a posté des stories filmées depuis l’intérieur du stade de Lusail, à Doha, la dernière étant prise à la mi-temps. Surnommé « Le Faucon », l’homme est un habitué de ce type d’intrusion dans les stades. Lors du Mondial-2014 au Brésil, il était entré sur le terrain pendant Belgique-Etats-Unis avec un T-shirt portant les inscriptions « Sauvez les enfants des favelas » et « Ciro Vive », en hommage à un supporter de Naples tué peu de temps auparavant, rapporte l’agence italienne AGI.

« La Fifa a interdit les brassards de capitaine arc-en-ciel et les drapeaux des droits de l’Homme dans les tribunes, ils ont bloqué tout le monde, MAIS PAS MOI, comme un Robin des bois », a écrit Mario Ferri, estimant qu’« enfreindre les règles pour une bonne cause n’est jamais un crime ».

Footballeur évoluant dans des clubs de divisions inférieures, Mario Ferri se définit comme « un pirate moderne ». Selon la « Gazzetta dello Sport », il a joué en Inde, en Suisse, à Saint-Marin, aux Seychelles et en Jordanie. « SAUVEZ L’UKRAINE. J’ai passé un mois dans la guerre à Kiev en tant que volontaire et j’ai vu à quel point ces gens souffrent », a-t-il également écrit, déclarant vouloir faire passer des « messages importants », notamment pour l’Iran « où j’ai des amis qui souffrent, où les femmes ne sont pas respectées ».

Une première au Qatar

C’est la première fois qu’une rencontre est marquée par une telle intrusion depuis le début de la compétition organisée au Qatar, en butte aux critiques occidentales concernant le traitement des personnes de la communauté LGBT + et les droits des travailleurs migrants. Dans le petit émirat, l’homosexualité est passible de poursuites pénales ; pour les lesbiennes, gays, bis et trans de confession musulmane, c’est même la peine de mort qui est encourue.

La suite après la publicité

« Nous savons ce qui se passe autour de cette Coupe du Monde. Bien sûr, nous sommes avec eux, avec l’Iran aussi, les femmes iraniennes. J’espère qu’il n’arrivera rien à ce garçon parce que nous comprenons son message, et je pense que le monde le comprend aussi », avait commenté le Portugais Ruben Neves après le match.

Coupe du Monde : de RFA – RDA à Iran – Etats-Unis, 5 matchs où la politique s’est invitée dans le stade

Si la Fifa a assuré que drapeaux ou habits aux couleurs de l’arc-en-ciel seraient acceptés dans les stades, dans les faits, ceux-ci ont été confisqués à plusieurs reprises par les forces de sécurité.





Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *