Maroc : au bar Chez Titon (Paris 11e), le boycott des supporters n’a pas résisté à la demi-finale

0 0



C’est un petit bar d’habitués, situé dans le 11e arrondissement de Paris, et pendant les matchs de la phase de groupes du Mondial, il n’y avait pas foule. « Il y a trois semaines, les deux tiers des clients présents ce soir me disaient qu’ils boycottaient ! », ironise Alain-Nicolas Jomé, l’un des gérants du café Titon. Lui aurait aimé pouvoir boycotter, dit-il, mais l’aubaine financière est trop belle : lors de la phase finale du tournoi, le chiffre d’affaires de la soirée double, voire, triple.

Entre aubaine financière et malaise, l’arbitrage complexe des bars qui hésitent à boycotter la Coupe du Monde

Effluve de bière et clameur sportive nous accueillent lorsqu’on pénètre dans la salle bondée, où chaque mur est affublé d’un écran. Le temps du boycott semble bien loin. Sauf peut-être pour Sami. Cet étudiant en histoire a boycotté tous les matchs jusqu’à présent, mais l’affiche historique de cette demi-finale entre la France et le Maroc, l’a fait craquer :

La suite après la publicité

« Je n’avais pas regardé un seul match, pas une action, pas un seul replay. En plus du problème des droits humains, le Qatar est régulièrement accusé de soutenir le terrorisme islamique dans la région. En tant que individu née pendant la guerre civile en Algérie, ça me touche profondément. Mais parfois, l’enjeu dépasse le jeu. Voilà pourquoi j’ai craqué. »

Si Sami confie volontiers son sentiment de malaise, son voisin de table, Maxime, trouve en revanche qu’on en fait un peu trop sur le Qatar. Lui a regardé dès le début de la compétition. « Lors de l’édition en Russie [en 2018], il n’y a pas eu autant de critiques alors qu’il y avait sûrement matière », estime-t-il. Clément, attablé derrière, s’est lui arrangé avec conscience en boycottant uniquement la phase de poules :

« La Coupe du Monde au Qatar, ça fait dix ans que c’est acté et que ça revient régulièrement dans la presse. Forcément, à la longue, on est moins sensibles… »

« Je suis dégoûtée »

Avis partagé par Kévin, maillot de l’équipe de France sur les épaules : « C’est vrai que le Qatar, c’est loin… C’est difficile de se rendre compte. » Et puis, après tout, ça sert à quoi, le boycott ? Thibaut, spécialiste en analyse de données et « pas fan de foot », s’interroge. « Regarder un match, ce n’est pas un acte engageant. Ne pas le regarder, qu’est-ce que ça change, au fond ? » Pour lui, ce sont les Etats qui devraient porter le boycott. D’ailleurs, quand Emmanuel Macron est brièvement apparu à l’écran pendant le match, il a été hué par les téléspectateurs.

« Je laisse ma conscience de côté » : avec la France en demi-finale, l’intenable résolution du boycott

Pendant que nous discutons, Lou, la serveuse, se faufile entre les tables… sans un regard pour les écrans. Son boycott, elle compte bien le tenir, malgré son travail derrière le bar. « Quand je vois tout le monde regarder les matchs, je suis vraiment dégoûtée car cette Coupe du Monde est pour moi la manifestation ultime d’un capitalisme que j’exècre. Après l’été de catastrophe climatique que l’on a connu, comment peut-on encore organiser ce genre d’événement ? Et comment les gens peuvent y adhérer ? Je ne comprends pas. » La victoire des Bleus contre le Maroc a réuni plus de 20 millions de téléspectateurs sur TF1, le meilleur score de l’année 2022 pour la chaîne.





Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *