Oxygénothérapie : définition, indications, déroulé des séances

0 0



L’oxygène est un gaz incolore et inodore qui compose 21 % de l’air que nous inspirons (le reste étant composé de 78 % d’azote et 1 % de gaz rares). Du fait de leur maladie, certaines personnes ne parviennent plus à en inhaler suffisamment, ce qui peut entraîner de graves dommages sur leur santé. L’oxygénothérapie consiste donc à enrichir l’air qu’elles inspirent en oxygène (de façon temporaire ou prolongée) pour afin d’améliorer le fonctionnement de leurs organes.

Rappel : quel est le taux normal d’oxygène dans le sang ?

La saturation en oxygène s’exprime en pourcentage. Elle peut être mesurée de deux manières différentes : 

  • On peut mesurer la saturation artérielle en oxygène (SaO2), grâce à une prise de sang invasive dans une artère (méthode la plus fiable). Elle est considérée comme normale entre 94 et 99 %. Entre 90 % et 94 %, on estime qu’elle est insuffisante. Puis lorsqu’elle passe sous la barre des 90 %, on parle de désaturation en oxygène, une situation d’urgence.
  • On peut aussi mesurer la saturation pulsée (SpO2.) à l’aide d’un petit appareil placé au bout du doigt, le saturomètre (méthode non-invasive mais moins précise). Selon cette méthode, on considère que la saturation en oxygène est normale entre 95 % et 100 %, et insuffisante en dessous de 95 %.

Définition : qu’est-ce que l’oxygénothérapie ?

L’oxygénothérapie est un traitement médical qui permet de renforcer l’apport en oxygène par voie respiratoire. En effet, certains patients, atteints de maladies pulmonaires ne parviennent plus à capter suffisamment d’oxygène dans l’air. L’oxygénothérapie leur permet donc de retrouver un taux de saturation en oxygène normal et d’éviter de nombreuses complications. Ce protocole peut être suivi à domicile ou en milieu hospitalier. Selon les cas, le patient est muni d’une sonde nasale ou d’un masque, reliés à un dispositif qui régule le débit d’oxygène. Dans certains cas, il peut aussi être placé dans un caisson hyperbare prévu à cet effet. 

Oxygénothérapie normobare ou hyperbare : quelles différences ?

L’oxygénothérapie normobare consiste à fournir artificiellement de l’oxygène à un patient sous pression atmosphérique normale (via une sonde nasale ou un masque). On la qualifie ainsi par opposition à l’oxygénation hyperbare, qui consiste à prendre en charge le patient dans un caisson prévu à cet effet (caisson hyperbare). Dans ce cas, l’oxygène est administré à une pression supérieure à la pression atmosphérique normale. 

Oxygénothérapie à long ou à court terme ?

  • L’oxygénothérapie à long terme, aussi dite oxygénothérapie de longue durée à domicile (OLD), désigne l’administration prolongée d’air enrichi en oxygène. Ce protocole est indiqué pour les patients atteints d’insuffisance respiratoire chronique ou de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) sévère. Il implique une surveillance médicale régulière et rigoureuse. 
  • L’oxygénothérapie à court terme, aussi dite oxygénothérapie de courte durée, est généralement prescrite pour une durée maximale de trois mois, renouvelables une fois. Ce protocole est indiqué pour les personnes souffrant d’insuffisance respiratoire aigüe ou de gêne respiratoire (notamment en soins palliatifs, ou en fin de vie).

Quelles sont les sources d’oxygène à usage médical (à domicile ou à l’hôpital) ?

Plusieurs dispositifs permettent d’administrer de l’oxygène aux patients qui en ont besoin :

  • Les concentrateurs d’oxygène en poste fixe (ou extracteurs), qui permettent de concentrer l’oxygène contenu dans l’air ambiant pour permettre aux patients de l’inspirer. Ils dépendant d’une alimentation électrique et sont généralement utilisés au domicile des patients.
  • Les concentrateurs portables (en sac à dos ou sur roulettes), qui fonctionnent sur le même principe que les concentrateurs fixes, mais sont alimentés par une batterie.
  • Les bouteilles d’oxygène médical, rarement utilisées, qui permettent toutefois de stocker de l’oxygène, comprimé à une pression de 200 bars. 
  • Les réservoirs cryogéniques (ou une cuve de dioxygène liquide), qui assurent une meilleure autonomie du patient et leur permettent de se déplacer hors de chez eux.

Aucun de ces dispositifs n’est plus efficace qu’un autre. Le choix est fait par le docteur en fonction :

  • de l’âge du patient ; 
  • de son mode de vie ; 
  • de sa pathologie – et de son stade ;
  • de ses besoins en oxygène ;
  • de la durée, de mode de dispensation et des réglage prescrits ; 
  • des caractéristiques techniques des appareils (autonomie, poids, encombrement, bruit, etc) ; 
  • etc. 

BPCO, Covid-19, pneumonie… Quand utiliser l’oxygénothérapie ? Quel est le but ?

L’oxygénothérapie doit être prescrite par un docteur pneumologue ou, selon les cas particuliers, par un docteur d’un centre de ressources et de compétences de la mucoviscidose, d’un centre de compétences de l’hypertension artérielle pulmonaire, ou par un pédiatre ayant une expertise en insuffisance respiratoire de l’enfant.

Ce protocole est principalement indiqué en cas d’insuffisance respiratoire empêchant une bonne oxygénation de l’organisme (Covid-19, BPCO, pneumonie, etc)

Elle peut aussi être prescrite :

Pour garantir l’efficacité du traitement, il est indispensable de respecter la prescription du docteur en termes de débit (nombre de litres par minutes) et de durée d’administration (nombre d’heures par jour).

L’oxygénothérapie hyperbare, elle, permet de prendre en charge de nombreuses affections : 

  • les accidents de décompression (accidents de plongée sous-marine) ;
  • les intoxications au monoxyde de carbone ;
  • l’embolie gazeuse (la présence de bulles de gaz dans la circulation sanguine) ;
  • certaines infections, comme l’ostéomyélite (une infection de l’os) ;
  • un abcès intracrânien (accumulation de pus dans le cerveau) ;
  • etc.

Quels sont les bienfaits de l’oxygénothérapie ?

La prise en charge par oxygénothérapie permet d’augmenter le confort et l’espérance de vie des patients qui en bénéficient : 

  • elle compense le déficit lié à l’insuffisance ou à la gêne respiratoire ; 
  • elle diminue la sensation de fatigue et d’essoufflement (meilleure tolérance à l’effort) ;
  • elle améliore le confort respiratoire et la condition physique en général
  • elle calme la douleur en cas de crise d’algie vasculaire de la face ; 
  • elle améliore le sommeil, mais aussi les facultés de mémoire et de concentration ;
  • elle favorise également la cicatrisation et la récupération post-chirurgicale.

Comme indiqué ci-dessus, l’oxygénothérapie est prescrite par un pneumologue, après la réalisation de gaz de sang, pour une durée initiale de trois mois. Elle est le plus souvent réalisée en milieu hospitalier. Mais elle peut être prescrite à domicile en cas de trouble chronique. Dans ce cas, le traitement consiste à inspirer l’oxygène via la sonde nasale ou le masque dédié pendant la durée conseillée et selon les modalités convenues.

Les séances d’oxygénothérapie hyperbares, elles, durent en moyenne 90 minutes et se déroulent en trois étapes :

  • une phase de compression lente (généralement à 1 mètre par minute) qui fait progressivement augmenter la pression ;
  • une phase « pallier », pendant lequel le patient respire de l’oxygène (la pression et la durée varient en fonction de chaque patient) ;
  • puis une phase de décompression : la pression atmosphérique revient lentement à la normale.

Pendant la séance, les constantes de chaque patient sont méticuleusement surveillées (température, rythme cardiaque, respiration, etc).

Quels sont les risques de l’oxygénothérapie ?

L’apport normobare en oxygène n’inclut aucun effet indésirable. En revanche, l’oxygénothérapie hyperbare (en caisson) peut causer : 

  • des dommages à l’oreille interne, aux sinus, aux poumons ou encore aux dents ;
  • mais aussi des crises d’angoisse et de claustrophobie

Existe-t-il des contre-indications ?

Ce protocole est aussi contre-indiqué chez certaines personnes, notamment chez les enfants souffrant de cardiomyopathie congénitale.



Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *