Profil de santé cardiométabolique des jeunes filles exerçant des professions esthétiques | BMC Santé des femmes | FitConvo

0 0


Étudier le design

La présente étude est caractérisée comme transversale, composée de quatre groupes. Parmi ceux-ci, trois étaient composés de professions non conventionnelles (mannequins, athlètes et danseurs de ballet) et d’un groupe témoin (étudiants de premier cycle). Tous les groupes ont été soumis aux mêmes protocoles d’évaluation (Fig. 1).

Fig. 1
Figure 1

Organigramme de la conception expérimentale de l’étude

Sujets

L’échantillon était composé de 41 adolescentes et jeunes adultes âgées de 14 à 24 ans qui appartenaient à des agences de mannequins, des équipes sportives, des écoles de danse et des universités de la ville de Porto Alegre, Rio Grande do Sul, Brésil. Les sujets ont été répartis selon leur occupation quotidienne : groupe de modèles (MG = 11), groupe de danseurs de ballet (BG = 11), groupe d’athlètes (AG = 8) et groupe d’étudiants de premier cycle (UG = 11). Les agences de mannequins, les clubs sportifs et les écoles de danse ont également signé un formulaire d’assentiment. L’étude a été approuvée par le Comité d’éthique de la recherche de l’Université (CAAE : 67847317.5.0000.5347), et a été menée selon les normes proposées par la Déclaration d’Helsinki [1]. Les participants et leurs tuteurs légaux (si les participants ont moins de 18 ans) ont été informés du protocole expérimental et des risques potentiels, en fournissant un consentement éclairé écrit avant la participation (Fig. 1).

Aperçu de l’étude

Voir Fig. 1.

La composition corporelle

Des mesures de taille (HEI) et de masse corporelle (BM) ont été effectuées. Avec ces valeurs, l’indice de masse corporelle (IMC) a été calculé (IMC = BM[kg]/IL JE2[m]). De plus, la densité minérale osseuse (BDM), la masse grasse, la masse sans graisse (FFM) et le pourcentage de graisse (%F) ont été évalués chez tous les participants (Lunar Densitometer model DPX.L, « Dual Energy X-ray Absorptiometry »). Les données ont été traitées par le système prévu pour chaque segment et les résultats BDM ont été exprimés en g/cm2.

Test d’effort cardio-pulmonaire (CPET)

Pic de consommation d’oxygène (VO2pic) a été évalué par ergospirométrie en circuit ouvert lors d’un test de course maximale sur tapis roulant. La valeur la plus élevée atteinte au cours de la dernière minute d’exercice a été utilisée. Selon les instructions du fabricant, l’appareil d’ergospirométrie (Quark CPET, Cosmed, Italie) a été calibré manuellement en utilisant les concentrations connues de gaz (21 % O2 comme concentrations de référence, 12% O2 et 5,09 % de CO22 pour l’étalonnage). Les individus ont eu la possibilité et le temps de s’adapter au tapis roulant (Quinton Instruments, Seattle, USA) et à l’appareil d’ergospirométrie. Les participants ont effectué un seul test d’effort maximal progressif, qui consistait à marcher pendant 4 min à 4 km h−1 suivi d’augmentations de 1 km h−1 à chaque minute jusqu’à épuisement. Les individus étaient encouragés verbalement pendant le test à atteindre leur performance maximale. Pour vérifier un effort épuisant, chaque participant devait répondre à au moins un des critères suivants après la fin du test : (1) VO2 plateau qui a été défini comme une augmentation de VO2 de moins de 2,4 mL kg−1 min−1 avec une augmentation correspondante de l’intensité de l’exercice [30, 31], (2) obtention du rapport d’échange respiratoire (RER) ≥ 1.0 [32, 33], (3) perception de l’effort supérieure à 17 (très intense – échelle d’effort perçu de Borg) [34]. La fréquence cardiaque a été surveillée à l’aide d’un moniteur de fréquence cardiaque (FT1–POLAR). De plus, les individus ont montré des signes évidents d’effort physique extrême à la fin du test, tels que bouffées vasomotrices, transpiration, hyperpnée et démarche instable. [32, 33]. Selon ces critères, VO2pic de tous les participants ont été considérés comme valides. Tous les tracés utilisés dans la détermination de ces points utilisaient des valeurs brutes respiration par respiration. Deux examinateurs indépendants ont déterminé à l’aveugle VT et VCP en suivant les critères décrits ci-dessus.

Tests d’endurance maximale et musculaire à répétition unique

La force maximale a été obtenue par un test à répétition maximale (1RM) pour les extenseurs bilatéraux du genou (KE) et les fléchisseurs bilatéraux du coude (EF). L’exercice de flexion bilatérale du coude a été effectué avec des haltères et des haltères, tandis que l’exercice de flexion bilatérale du genou a été effectué dans un équipement de musculation (Konnen Gym). Les sujets ont été familiarisés avec toutes les procédures en une seule séance. Le jour du test, les participants ont effectué un échauffement de cinq minutes dans un vélo ergomètre, après avoir effectué des mouvements spécifiques pour les exercices des tests. Le 1RM a été défini comme le poids le plus lourd qu’un participant pouvait soulever une fois avec une technique de levage appropriée, sans mouvements compensatoires, avec pas plus de cinq tentatives avec cinq minutes de récupération entre les tentatives. Après chaque performance réussie, le poids a augmenté jusqu’à ce qu’une tentative infructueuse se produise [35, 36]. Le taux d’augmentation progressive de la charge était dépendant de la capacité auto-évaluée du participant et réajusté pour la prochaine série en utilisant Lombardi [37] calculs. Le temps de performance pour chaque contraction (concentrique et excentrique) était de 1,5 s contrôlé par un métronome électronique (Quartz, CA, USA) [38]. Après la réalisation du test 1RM, la charge correspondant à 60% du 1RM de chaque individu a été fixée. Les sujets ont effectué le maximum de répétitions possibles jusqu’à fatigue. Le nombre de répétitions effectuées a été utilisé comme mesure de l’endurance musculaire (ME) [39].

La flexibilité

Pour déterminer la flexibilité des muscles de la hanche, du dos et des muscles postérieurs des membres inférieurs, le test d’assise et d’extension a été réalisé à l’aide du banc Wells. Le sujet est resté pieds nus, en position assise face à l’équipement avec la plante des pieds à plat sur le banc, tendu vers l’avant le long de la démarcation métrique du banc, les bras tendus et les mains se chevauchant, recherchant la plus grande distance en trois tentatives, en maintenant la valeur atteinte pendant 1 s. La valeur la plus élevée atteinte a été considérée comme une mesure de flexibilité [40].

Analyses de sang

Pour la réalisation des analyses biochimiques de l’étude, les sujets doivent être à jeun depuis huit heures et effectuer les évaluations entre 48 et 72 h après la dernière séance d’exercice [41]. Initialement, un repos de 30 minutes a été effectué, pour une collecte supplémentaire de 8 ml d’une veine dans la région antécubitale. Les échantillons ont été stockés (tubes Vacuitaner avec EDTA) et centrifugés (3.500 rpm pendant 10 min), le plasma a été aliquoté et congelé (-80 °) pour des analyses plus poussées de la glycémie à jeun (FG), de l’insuline à jeun (FI), du cholestérol total ( TC), les triglycérides (TG), la protéine C-réactive (CRP) et les lipoprotéines de haute densité (HDL). Les taux de glucose ont été analysés par méthode colorimétrique enzymatique (Cobas C111, Roche, Diagnostics, Bâle, Suisse). Les lipoprotéines de basse densité (LDL) ont été calculées par la formule de Friedewald (LDL : TC-HDL-TG/5) [42]. Les concentrations plasmatiques de FI ont été évaluées avec des kits commerciaux pour humains (DRG International, Springfield, USA) par dosage immuno-enzymatique (ELISA) selon les instructions du fabricant. Pour les variables lipidiques, les directives brésiliennes de prévention des dyslipidémies et de l’athérosclérose [43] ont été utilisés avec des valeurs de risque pour la santé déterminées pour TC (< 170 mg/dL), HDL (>45 mg/dL), LDL (< 110 mg/dL) et TG (< 90 mg/dL). Des valeurs inférieures à 100 mg/dL et entre 1,9 et 23,0 µUI/mL ont été utilisées pour FG et FI, respectivement [44]. Pour le profil inflammatoire, la valeur de <1 mg/L a été utilisée pour déterminer les valeurs de CRP [32].

Carnet diététique

Pour évaluer la consommation alimentaire et la qualité de l’alimentation, un registre alimentaire de trois jours a été appliqué, décrivant l’apport alimentaire quotidien avec les quantités respectives. La procédure d’enregistrement s’est déroulée comme suit : chaque participant a enregistré tous les aliments et boissons ingérés en trois jours (deux jours typiques et un jour atypique du week-end), décrivant également l’horaire alimentaire, les quantités et, si possible, la marque de l’aliment. Après avoir rempli, toutes les informations ont été vérifiées par un chercheur qualifié, afin qu’il n’y ait aucun doute sur ce qui a été décrit. Les enregistrements alimentaires ont ensuite été calculés avec le logiciel de nutrition professionnelle DietWin (Brubins CAS, Brésil).

Symptômes dépressifs

L’évaluation des symptômes dépressifs a été réalisée à l’aide de l’échelle de dépression CES-D transculturelle et auto-appliquée, composée de 20 énoncés sur une échelle de Likert avec quatre réponses possibles correspondant au numéro 1 (rarement ou jamais – moins d’un jour), 2 (quelques fois – 1 à 2 jours), 3 (un temps considérable – 3 à 4 jours) et 4 (tout le temps – 5 à 7 jours). Quatre éléments de l’instrument sont présentés avec un sens positif (bloquant la tendance aux réponses répétitives), ces éléments sont notés à l’envers (des scores plus élevés indiquent une plus grande quantité de symptômes dépressifs). Le score seuil pour les adolescents et les jeunes adultes brésiliens est de 15, dans lequel les personnes ayant ce score ou plus sont considérées comme à risque de dépression [45].

analyses statistiques

La normalité de la distribution des données a été évaluée par le test de Shapiro Wilk et l’homogénéité des variables a été évaluée par le test de Levene. Les valeurs moyennes et d’écart type ont été utilisées à des fins descriptives. Une ANOVA à un facteur a été utilisée pour analyser les différences entre les groupes. LSD post hoc a été utilisé pour établir la localisation des différences entre les groupes. Eta partiel au carré (η2) a été calculé comme une mesure de la taille de l’effet (ES). Les valeurs de 0,01, 0,06 et supérieures à 0,15 étaient respectivement considérées comme faible, moyenne et élevée [46]. Le test de Kruskal-Wallis a été appliqué pour les variables qui ne présentaient pas de distribution normale. Lorsque le test de Kruskal-Wallis était significatif, des comparaisons par paires ont été effectuées par le test U de Mann-Whitney pour des échantillons indépendants. Les analyses statistiques ont été réalisées avec le logiciel SPSS (version 20.0, SPSS, Inc., IBM Company ; NY, USA). Le seuil de signification retenu était p < 0,05.

Résultats

De l’échantillon total, AG présentait l’âge le plus jeune (années) entre les groupes (16,38 ± 3,02, p = 0,002), suivi de BG (18,09 ± 3,21), MG (20,82 ± 2,52) et UG (21,91 ± 2,30). Pour la durée de carrière (mois), les valeurs les plus élevées ont été présentées par BG (147,27 ± 65,97), suivi par AG (132 ± 44,44) et MG (56,73 ± 36,04) (p = 0,001). Sur les quatre groupes, seuls trois individus de l’AG n’avaient pas encore eu la première ménarche (p = 0,004). Pour les conseils nutritionnels et psychologiques, UG a présenté 5 personnes avec des conseils nutritionnels et 7 avec des conseils psychologiques, MG en avait 7 et 4, BG en avait 2 et 5 et AG en avait présenté 6 et 6, respectivement.

Des différences statistiquement significatives entre les groupes ont été trouvées pour la taille, l’IMC, le WHtR, le % de graisse, la masse grasse, le 1RM de KE et EF et la flexibilité (p < 0,05). En ce qui concerne l'IMC, MG présentait les valeurs les plus basses (18,1 ± 1,37, p = 0,018) par rapport aux autres groupes, cependant, il se situait dans les valeurs attendues pour le sexe et l'âge [47]. Pour WHtR, tous les groupes ont présenté des valeurs inférieures à la valeur seuil pour la santé cardiovasculaire [48]. Dans le 1RM de KE et EF, BG présentait les valeurs les plus basses dans les deux membres (1RM KE : 68,00 ± 16,89, p = 0,031 ; 1RM EF : 13,91 ± 2,39 p = 0,001). En revanche, dans les valeurs obtenues pour la flexibilité, AG (50,38 ± 5,71 cm) et BG (45,77 ± 6,71 cm) présentaient des valeurs significativement supérieures par rapport aux autres groupes (UG : 36,41 ± 7,73 ; MG : 31,32 ± 9,96). Pour l'IMC, 14 individus (34%) ont présenté des résultats inférieurs aux valeurs normatives [49] pour le sexe et l'âge. Quant à la flexibilité, seules 4 (10%) filles présentent des valeurs jugées mauvaises [50] pour le sexe et l'âge. Même sans valeurs statistiquement significatives, pour le BDM, 26 individus (63%) ont montré des résultats inférieurs aux valeurs normatives [51, 52]. Les résultats concernant la composition corporelle, la forme cardiorespiratoire, la force dynamique maximale, l'endurance musculaire et la flexibilité sont présentés dans le tableau 1, tandis que les réponses individuelles sont présentées dans le tableau 4.

Tableau 1 Condition physique selon la profession

Lors de l’analyse des variables lipidiques (HDL, LDL, TG, CT), inflammatoires (CRP) et glycémiques (FG et FI), aucune différence statistiquement significative n’a été trouvée entre les groupes (p > 0,05). Les valeurs de taille d’effet trouvées étaient HDL : η2= 0,14, LDL : η2= 0,05, CT : η2= 0,02, TG : η2= 0,09, FG : η2= 0.12, FI : η2= 0,07, et CRP : η2= 0,07 (Fig. 2). Les réponses individuelles sont présentées dans le tableau 4. Pour HDL, un seul individu (2 % du total) a présenté une valeur non normative (> 45 mg/dL), pour TC, 6 individus (15 %, < 170md/dL) , pour TG, 9 personnes (22 %, < 90 mg/dL), pour FI, 9 personnes (22 %, de 1,9 à 230 µUI/mL) et pour CRP, 13 personnes (31 %, < 1 mg/dL) .

Figure 2
Figure 2

une Lipoprotéine de haute densité (HDL); b lipoprotéines de basse densité (LDL); c Cholestérol total (TC); triglycérides (TG); e glycémie à jeun (GF); F l’insuline à jeun (IF); g Protéine C-réactive (CRP). UG : groupe d’étudiants universitaires ; MG : groupe de modèles ; BG : groupe de danseurs de ballet ; AG : groupe. Les données sont présentées sous forme de moyenne ± SD

Contrôle diététique

Lors de l’analyse du contrôle alimentaire, aucune différence statistiquement significative n’a été trouvée entre les groupes (p > 0,05). L’apport énergétique moyen (kcal) présenté par AG est inférieur à celui recommandé (individuellement) pour les athlètes qui sont exposés aux charges d’entraînement décrites dans cette étude (tableau 2).

Tableau 2 Variables de contrôle alimentaire à travers le dossier alimentaire de trois jours pour les étudiants universitaires (UG), les modèles (MG), les danseurs de ballet (BG) et les athlètes (AG) en pourcentages quotidiens (%)

Symptômes dépressifs

Les résultats concernant le score des symptômes dépressifs sont présentés dans le tableau 3. Aucune différence statistiquement significative n’a été trouvée entre les groupes (p > 0,05). Tous les groupes ont présenté des valeurs supérieures aux seuils (> 15) pour la santé mentale. De plus, 53,6% des filles étaient sous conseil psychologique. Les réponses individuelles sont présentées dans le tableau 4. Sur l’ensemble des sujets de l’étude (41 individus), 100 % ont présenté des valeurs qui mettent en évidence une tendance aux symptômes dépressifs.

Tableau 3 Valeurs générales des symptômes dépressifs obtenues grâce au questionnaire CES-D pour les étudiants universitaires (UG), les modèles (MG), les danseurs de ballet (BG) et les athlètes (AG)
Tableau 4 Comportement individuel pour les variables anthropométriques, condition physique, biochimiques et symptômes dépressifs
Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *