quelle est la situation en France début novembre ?

0 0


La vague actuelle de Covid-19 en France, entamée début septembre, continue son reflux, mais à un rythme qui semble ralentir notamment pour les contaminations, selon les chiffres publiés jeudi par les autorités sanitaires. La semaine dernière, « la circulation du SARS-CoV-2 continuait de ralentir, avec toutefois une tendance à la hausse du taux de positivité issu des tests antigéniques » en métropole après une tendance en baisse les deux semaines antérieures, a résumé l’agence Santé publique France, dans son bilan hebdomadaire.

Une baisse « nettement moins marquée » que précédemment

Le taux d’incidence poursuivait aussi sa baisse, mais « de manière nettement moins marquée » que précédemment, a précisé SPF, dont les calculs ont reposé sur les seuls tests antigéniques car la grève des biologistes a affecté le fichier des résultats de tests PCR jusqu’à mardi dernier. Les nouvelles hospitalisations et le nombre de décès poursuivaient aussi leur diminution. Le nombre de patients Covid en soins critiques est ainsi redescendu mercredi sous le seuil symbolique de 1.000.

Entamée début septembre, la vague actuelle de Covid se calme depuis la fin octobre. Cette vague reste portée par le variant Omicron du virus, dont la version BA.5 reste omniprésente. Comme la circulation du virus reste « active » et que la période hivernale approche, l’agence de santé publique appelle à nouveau à renforcer la vaccination, en particulier des plus à risque de formes graves de Covid, notamment avec un vaccin adapté aussi au variant Omicron.

Rappel des gestes barrières, et vaccination

Pour les plus de 60 ans, les adultes à risque (comorbidités, femmes enceintes…), les soignants, quatre vaccins « bivalents » adaptés à Omicron sont recommandés indifféremment pour une dose supplémentaire cet automne. La Haute Autorité de santé a donné mercredi son feu vert au quatrième, Spikevax, fabriqué par Moderna et adapté aux souches BA.4 et BA.5 du virus. Jusqu’alors, la campagne automnale de rappel peine à décoller. Seuls 39,9% des 60-79 ans et 52,6% des 80 ans et plus parmi les personnes éligibles avaient ainsi reçu un deuxième rappel au 7 novembre, a relevé Santé Publique France.

Outre la vaccination, « les gestes barrières, dont le port du masque, restent primordiaux », particulièrement en présence de personnes à risque de complications, en cas de promiscuité dans des espaces fermés (transports…), lors de grands rassemblements, a martelé l’agence sanitaire. Au-delà du Covid, le contexte sanitaire est particulièrement tendu avec une épidémie de bronchiolite chez les nourrissons à des niveaux records d’hospitalisations depuis plus de 10 ans, et, à l’horizon, l’arrivée de la grippe saisonnière.



Source

Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *