Rhume en été : pourquoi ? symptômes ? comment le soigner ?

0 0



Le soleil brille, les températures grimpent, et pourtant, vous êtes enrhumé(e). Votre test de dépistage anti-Covid-19 est négatif. Il s’agit très probablement d’un simple rhume d’été. Comment le diagnostiquer, le prévenir et le soigner rapidement ? On fait le point.

Le rhume désigne les infections respiratoires hautes : les rhinites (inflammation de la muqueuse du nez) et les rhinopharyngites (inflammation du nez et de l’étage supérieur du pharynx). Il est indispensable de bien cerner ses symptômes avant de s’alarmer. Été ou hiver, ils restent les mêmes : 

Si vous ressentez des démangeaisons au niveau des yeux, ou si c’est derniers sont enflés, il s’agit très probablement d’une rhinite allergique (rhume des foins).

Si vous ressentez des courbatures ou de la fièvre, il s’agit peut-être d’une grippe. Auquel cas, consultez votre docteur généraliste pour confirmer le diagnostic et éviter tout risque de contagion !

Quelle est la durée d’un rhume d’été ?

Le plus souvent, les symptômes du rhume restent bénins et peuvent durer de 7 à 14 jours. 

L’évolution spontanée est le plus souvent favorable, mais si vos symptômes s’aggravent soudainement, ou ne s’améliorent pas après deux semaines, demandez conseil à un(e) spécialiste. 

Pourquoi attrape-t-on un rhume en été ?

La pandémie de Covid-19 a éclipsé de nombreux virus hivernaux (rhinovirus et grippe en tête). En dépit de la hausse des températures, ces derniers peuvent refaire surface en été, et ce, pour plusieurs raisons : 

La levée des gestes barrières

La résurgence de virus hivernaux s’explique en partie par la levée progressive de certains gestes barrières, notamment le port du masque en extérieur. Le retour à une vie sociale dynamique (multiplication des grands rassemblements et des événements festifs, lieux publics plus fréquentés, etc) occasionne également une certaine promiscuité, propice à la propagation des virus.

Un système immunitaire moins performant

L’hiver 2021 ayant étant placé sous le signe de la Covid-19, notre système immunitaire, jadis entraîné à combattre les virus hivernaux et à rencontrer de nombreux pathogènes, a passé plusieurs mois sans y être exposé. Il manque donc d’entraînement et pourrait alors avoir besoin de plus de temps pour se réactiver face aux simples virus responsables des rhinopharyngites.

« Une exposition fréquente à divers agents pathogènes amorce ou stimule le système immunitaire pour qu’il soit prêt à réagir à cet agent pathogène », a déclaré le Dr Paul Skolnik, immunovirologue et président de médecine interne à la Virginia Tech Carilion School of Medicine (États-Unis), au New York Times (source 1). Et de poursuivre : « Si vous n’avez pas eu ces expositions, votre système immunitaire peut être un peu plus lent à réagir ou ne pas répondre aussi complètement, ce qui entraîne une plus grande sensibilité à certaines infections respiratoires et parfois des symptômes plus longs ou plus prolongés« . 

À noter : le stress peut également déclencher une baisse des défenses immunitaires, donc une sensibilité plus aiguë aux virus du rhume.

Rhume d’été : la faute de la climatisation ?

L’utilisation de systèmes de climatisation et de ventilateurs pendant la période estivale peut également être à l’origine d’un rhume d’été. Les changements de température importants provoquent en effet un échauffement des muqueuses : les vaisseaux sanguins se dilatent lorsqu’il fait chaud, et, au contraire, se contractent lorsqu’il fait froid. En passant subitement d’un environnement frais, à un environnement froid, les phases de contraction et de dilatation se multiplient et engendrent une inflammation de la muqueuse. Cette dernière se transforme en « zone passoire » et laisse passer plus facilement les virus. 

Sans compter le fait que les systèmes de climatisation propagent les virus dans toutes les pièces. 

Le rhume disparaît le plus souvent spontanément : le virus est éliminé naturellement par l’organisme. Certains médicaments permettent de soulager les symptômes inconfortables : 

  • Le paracétamol permet de soulager la fièvre et les maux de tête.
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, comme l’ibuprofène et l’aspirine, ne doivent pas être utilisés sans avis médical : ils sont déconseillés chez la femme enceinte et contre-indiqués à partir du sixième mois de grossesse.
  • On peut aussi miser sur des lavages de nez à l’eau de mer

Attention aux décongestionnants à effet vasoconstricteur, disponibles sous forme nasale (sur prescription médicale tel que Rhinofluimucil) ou sous forme orale (sans ordonnance tels qu’Actifed Rhume, Dolirhume, etc). Ils peuvent avoir des effets secondaires comme des maux de tête persistants, voire, dans certains cas, entraîner des effets indésirables cardiovasculaires ou neurologiques.

Quels remèdes contre le rhume en été ?

Des solutions plus « naturelles » permettent aussi de venir à bout des rhumes d’été : 

  • L’inhalation sèche ou humide d’huiles essentielles (eucalyptus radié, pin, etc). En gardant bien en tête que ces huiles essentielles ne doivent pas être utilisées chez la femme enceinte, l’enfant de moins de 6 ans, et en cas d’asthme. Ces huiles peuvent aussi être appliquées sur la peau, en massage sur la poitrine, pour libérer le nez et les bronches (versez 2 gouttes diluées dans une cuillerée à café d’huile végétale).
  • Le propolis en spray nasal peut aussi être utile pour lutter contre la sensation de nez bouché.
  • Certains remèdes dits « de grand-mère » ont aussi fait leurs preuves : les infusions à base de thym, de citron et de miel, par exemple, sont toujours efficaces. Un bouillon de poule agrémenté d’oignon, d’ail et de piment peut aussi être efficace. 

Quelles habitudes pour favoriser la guérison ?

Pour récupérer rapidement, prêtez attention à votre hygiène de vie

  • reposez-vous ; 
  • limitez les sources de stress ; 
  • ne surchauffez pas votre chambre ;
  • restez bien hydraté(e) (1,5 litre d’eau par jour) ; 
  • lavez-vous soigneusement les mains pour éviter la propagation des germes ; 
  • mouchez-vous et jetez vos mouchoirs usagés pour limiter les risques de contamination. 

Peut-on se baigner avec un rhume ?

Il est possible de faire du sport quand on présente des symptômes légers, mais le mieux reste de se tenir loin des bassins de piscine. D’une part pour économiser ses forces et ménager ses défenses immunitaires, d’autre part pour limiter les risques de contamination, mais aussi pour éviter d’aggraver les symptômes déjà existants : les baignades piscines, par exemple, peuvent entraîner une inflammation de la muqueuse en raison des produits de désinfection. 



Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *