Samuel Umtiti, visé par des cris racistes, quitte le match Lecce-Lazio en larmes

0 0



Samuel Umtiti, le défenseur français de Lecce, et son coéquipier zambien Lameck Banda ont été visés par des cris racistes de la part de supporters de la Lazio Rome, lors du match disputé mercredi 4 janvier dans les Pouilles, selon son club et des médias italiens.

L’arbitre de ce match remporté par Lecce (2-1) a été contraint de stopper la rencontre quelques instants en seconde période en raison de cris racistes « venus du secteur visiteur occupé par des supporters de la Lazio », selon l’agence italienne Ansa.

La suite après la publicité

Le match Sparta Prague-Monaco interrompu quelques minutes après des cris racistes

Ces cris visaient alors Umtiti, champion du monde 2018 avec la France, prêté depuis l’été dernier à Lecce par le FC Barcelone, mais d’autres avaient été entendus en première période ciblant Banda, selon la même source.

Umtiti a quitté le terrain en larmes à la fin du match, ovationné par le public de Lecce, selon des médias italiens.

Un phénomène récurrent en Italie

« Les cris racistes ont été submergés par ceux d’encouragement. Tout le peuple giallorosso [jaune et rouge, les couleurs de Lecce, NDLR] a commencé à crier un seul nom, Samuel Umtiti », a écrit le club du sud de l’Italie sur son compte Twitter, avec la mention en anglais « laissez le racisme à l’écart » et des photos du défenseur français.

« Quand l’arbitre a interrompu le match, dans l’attente que le speaker ne réclame la fin des cris racistes, Umtiti a demandé que le match reprenne, parce qu’il voulait répondre sur le terrain aux insultes reçues. Il a réagi comme un vrai champion », a commenté le président de Lecce Saverio Sticchi Damiani, cité sur le site de la « Gazzetta dello Sport ».

La suite après la publicité

PSG-Basaksehir : l’incroyable révolution des « footeux »

Les cris racistes sont un phénomène récurrent dans les stades italiens, notamment de la part de certains supporters de la Lazio réputés, pour une frange d’entre eux, entretenir des liens avec l’histoire fasciste du pays.

Soutien d’Infantino

En août, le Nigérian Victor Osimhen avait été la cible de cris discriminatoires à Vérone. Après une saison et demie dans des stades à huis clos pour cause de pandémie, les incidents racistes, récurrents en Italie, ont fait leur retour la saison dernière. Koulibaly, Osimhen mais aussi Mike Maignan ou Zlatan Ibrahimovic en avaient, notamment, été victimes.

En soirée, le président de la Fifa Gianni Infantino a fait part de sa « solidarité avec Samuel Umtiti et Lameck Banda ».

Le visionnage de ce contenu mutimédia est susceptible d’entraîner un dépôt de cookies de la part de l’opérateur de la plate-forme vers laquelle vous serez dirigé(e). Compte-tenu du refus du dépôt de cookies que vous avez exprimé, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la lecture de ce contenu. Si vous souhaitez continuer et lire ce contenu, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Instagram – A post shared by Gianni Infantino – FIFA President (@gianni_infantino)

« Crions haut et fort : NON AU RACISME ! Que l’énorme majorité des supporters, qui sont des gens bien, se soulève pour faire taire tous les racistes une fois pour toutes ! », a-t-il écrit sur Instagram.





Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *