Se forcer à sourire rendrait plus heureux, d’après la science

0 0



Le sourire reflète souvent un état de bien-être intérieur. Depuis plusieurs années, des scientifiques cherchent à savoir s’il est possible de provoquer le bonheur en se forçant à sourire. La dernière étude en date, publiée ce jeudi 20 octobre dans la revue Nature, détient peut-être la réponse. 

Des chercheurs de la prestigieuse Université de Stanford ont réuni près de 4000 personnes de 19 pays différents, sans les informer du but de l’étude. 

Un tiers des participants avait pour instruction de mettre un stylo dans leur bouche, une technique permettant d’activer les muscles faciaux. Un autre devait imiter les expressions observées sur des photos d’acteurs souriants. Quant au dernier groupe, il avait pour consigne « de déplacer les coins de leurs lèvres vers leurs oreilles et de soulever leurs joues en utilisant uniquement les muscles de leur visage ».

La moitié des participants ont effectué leur tâche en regardant des images joyeuses de chiots, de chatons, de fleurs et de feux d’artifice, et l’autre devant un écran vide. À la fin de chaque exercice, ils ont évalué le degré de bonheur qu’ils ressentaient.

Afin de brouiller les pistes, l’équipe de recherche leur a aussi demandé de résoudre des problèmes de mathématiques et de faire des activités physiques.

Le simple fait de sourire améliore l’humeur

Les chercheurs ont constaté une augmentation notable du bonheur chez les participants ayant pour consigne d’imiter les expressions d’acteurs ou d’étirer leurs lèvres en un sourire. La technique du stylo dans la bouche n’a pas donné de résultat concluant, sûrement parce qu’elle ne crée « pas réellement une expression qui ressemble beaucoup au sourire », selon les chercheurs. 

« L’étirement d’un sourire peut faire en sorte que les gens se sentent heureux et le froncement des sourcils peut faire en sorte que les gens se sentent en colère ; ainsi, l’expérience consciente de l’émotion doit être au moins partiellement basée sur des sensations corporelles », conclut Nicholas Coles, auteur principal de l’étude, dans un communiqué de presse.

« Au cours des dernières années, la science a fait un pas en arrière et quelques pas en avant.  Mais aujourd’hui, nous sommes plus près que jamais de comprendre un élément fondamental de la condition humaine : l’émotion. »



Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *