Strasbourg : l’épidémie de méningite B se poursuit, l’ARS invite à la vaccination

0 0



Une souche rare qui continue de circuler

Au 5 janvier 2023, l’Agence régionale de santé (ARS) du Grand-Est recensait 6 cas d’infection invasive à méningocoque du groupe B, liée à une même souche bactérienne. Ce sixième cas est celui d’un adolescent de 16 ans résidant dans le Bas-Rhin, qui a dû être hospitalisé, précise l’ARS dans un communiqué de presse (source 1), qui s’ajoute aux cinq cas déjà recensés, dont un décès, survenus dans l’agglomération de Strasbourg.

L’agence de santé précise qu’il s’agit d’une souche rare et “jusque-là inconnue dans le Grand-Est”, et que celle-ci continue de circuler dans l’agglomération de Strasbourg. “Une individu peut être une porteuse saine du méningocoque B, sans en avoir les symptômes, mais peut continuer à la transmettre à d’autres personnes”, alerte l’ARS, qui appelle ainsi à la vaccination contre cette souche, puisqu’elle est efficace “pour empêcher que la maladie se développe chez la individu vaccinée”. “Elle prévient ainsi l’apparition de formes graves de la maladie”, ajoute-t-elle.

Une campagne vaccinale destinée à tous les noctambules strasbourgeois

Au vu de cette situation épidémique “exceptionnelle”, l’agence de santé, accompagné d’autres instances sanitaires, a mis en place une surveillance renforcée, mais aussi une campagne de vaccination à destination des publics “fréquentant les endroits festifs nocturnes du centre-ville de Strasbourg et aux professionnels de ces lieux”, puisque les cinq premiers cas se sont déclarés chez des jeunes ayant fréquenté une même boîte de nuit, en l’occurrence le Live Club de Strasbourg. Le sixième cas serait indirect : le jeune homme aurait contracté la maladie par le biais de personnes de son entourage ayant fréquenté le monde de la nuit strasbourgeois.

Les personnes concernées sont ainsi invitées à se faire vacciner “dès que possible” contre le méningocoque B, dans l’idée “d’éviter la survenue de formes graves de la maladie”. Dans un premier temps, l’ARS avait simplement invité les personnes ayant fréquenté bars et discothèques de l’agglomération strasbourgeoise à surveiller les symptômes évocateurs de méningite B (violents maux de tête, courbatures, raideur de la nuque, sensibilité accrue à la lumière…). Elle passe maintenant à la vitesse supérieure dans l’espoir de mettre fin à l’épidémie.

L’ARS précise aux personnes concernées qu’elles peuvent se faire vacciner en prenant rendez-vous via la plateforme Doctolib, au centre de vaccinations internationales (site du nouvel hôpital civil de Strasbourg), ou via leur docteur traitant. “Dans les deux cas, les prises en charge sont à 100% gratuites” rassure-t-elle. Au 5 janvier 2023, 151 personnes avaient déjà bénéficié d’une première dose de vaccination contre le méningocoque B via le centre de vaccinations internationales du nouvel hôpital civil de Strasbourg, se réjouit l’ARS.

Un numéro vert, le 0 800 32 04 00 a également été mis à la disposition du public pour répondre aux éventuelles questions sur cette vaccination recommandée (appel gratuit, service ouvert de 14h à 18h, du lundi au vendredi).

Rappelons par ailleurs que la vaccination contre les infections invasives à méningocoque B est désormais recommandée pour tous les nourrissons avant l’âge de 2 ans.



Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *