tout ce qu’il faut savoir autour de la reprise de la Ligue 2

0 0


Les affaires reprennent pour la Ligue 2. Ce samedi débute la saison 2022/2023 du championnat de France de deuxième division. Dès 15h, Saint-Étienne, relégué à l’issue de la saison dernière, se déplace à Dijon et à 19h, Bordeaux, sauvé in-extremis d’une relégation administrative, recevra Valenciennes. Cette nouvelle saison promet beaucoup sur le papier. 

 

 

A eux trois, Saint-Étienne, Bordeaux et Le Havre comptent 18 titres de champion de Ligue 1. Sans oublier Metz, Caen, Bastia, Sochaux, Guingamp ou encore Amiens. Autant de clubs historiques qui rendent cette Ligue 2 particulièrement attractive cette saison. Bernard Jouanin, le président amiénois, s’en réjouit. « La Ligue 2 va être un championnat d’une qualité qu’elle n’a jamais eue depuis sa création. Presque du niveau de la Ligue 1 », assure-t-il. 

Le PFC et Saint-Étienne, favoris pour la montée, quatre descentes à l’issue de la saison

Parmi les favoris à la montée, le Paris FC qui reste sur deux éliminations lors des barrages mais aussi Saint-Étienne, tout juste relégué. Un effectif renouvelé, les départs d’Hamouma, Nordin et Khazri et l’arrivée de nouveaux joueurs comme l’expérimenté Anthony Briançon et un nouvel entraîneur Laurent Battles, conscient que la tâche s’annonce ardue : « Il y a beaucoup d’homogénéité et ça c’est difficile car tout le monde peut battre tout le monde », analyse l’ancien milieu de terrain du club. 

Quant à Bordeaux, maintenu in extremis en Ligue 2, après un long combat devant les instances sportives, le club n’a pas pu recruter. La légende Alain Giresse reste donc très prudent. « C’est jamais facile de se sortir de la Ligue 2 quand on est pas préparé à ça. C’est un championnat différent et il faudra y faire face et s’y adapter ». 

 

Avec seulement deux tickets pour la Ligue 1, en raison de la suppression cette saison des barrages, le combat sera très intense. Pour se sauver aussi, la bataille fera rage puisque quatre clubs seront relégués à l’issue de la saison. Le petit poucet Annecy vise le maintien tout comme Rodez, Pau et Quevilly-Rouen. 



Source

Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *