Tout savoir sur le Prix Nobel de médecine 2020, qui récompense des travaux sur l’hépatite C

0 0



Cette année, alors qu’une crise sanitaire sans précédent secoue le monde entier, l’annonce du Prix Nobel de médecine était très attendue. Mais comme il est bien trop tôt pour récompenser des travaux sur l’actuel coronavirus, c’est à un autre virus connu que s’est intéressé le jury. 

Ce lundi 5 octobre, ce dernier a en effet récompensé trois chercheurs, le Britannique Michael Houghton et les Américains Harvey Alter et Charles Rice, pour leurs travaux portant sur l’hépatite C. Le jury a ainsi salué leur “contribution décisive”, à plusieurs années d’écart, pour la découverte du virus de l’hépatite C, maladie considérée comme “un problème de santé mondial majeur, qui provoque la cirrhose et le cancer du foie

Rappelons en effet que l’hépatite C entraîne chaque année le décès de 400 000 personnes de par le monde, selon les estimations de 2016 de l’Organisation mondiale de la santé. Une individu concernée sur deux ne saurait pas qu’elle est infectée par ce virus, qui se transmet par le sang.

A la fin des années 1970, Harvey Alter a permis de montrer qu’une contamination hépatique mystérieuse, qui n’était ni l’hépatite A ni l’hépatite B, pouvait avoir lieu lors de transfusions sanguines. En 1989, son confrère Michael Houghton, avec l’aide de son équipe de recherche, a découvert la séquence génétique du virus, autrement dit son patrimoine génétique.

Quant au troisième chercheur, Charles Rice, il a de son côté analysé pendant plusieurs années la façon dont le virus se répliquait, autrement dit la manière dont il infectait les cellules et utilisait la machinerie cellulaire pour se multiplier et proliférer dans l’organisme. Ces travaux ont conduit à l’émergence d’un nouveau traitement commercialisé en 2014, le sofosbuvir, lequel a révolutionné la prise en charge des malades. A propos de Charles Rice, Patrik Ernfors, le président du comité, à qui revient le choix des lauréats, a déclaré qu’il “a apporté la preuve finale que le virus de l’hépatite C pouvait provoquer à lui seul la maladie”. 

Le travail de ces trois scientifiques est “une réalisation historique dans notre lutte continue contre les infections virales”, a ajouté Gunilla Karlsson Hedestam, membre de l’assemblée Nobel.



Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *