Un site internet pour détecter les perturbateurs endocriniens… dans votre maison

0 0



Afsané Sabouhi, édité par Ugo Pascolo

Pour aider les Français à détecter les perturbateurs endocriniens, une équipe de l’hôpital Saint-Vincent de Paul à Lille a mis au point un site internet. Mais lesperturbateursendocriniens-mamaison.com regorge également de conseils pratiques pour s’en protéger.

En marge de la COP 26, l’OMS, l’Organisation mondiale de la santé, organise ce samedi à Glasgow une conférence intitulée Santé et Changement climatique. Notre santé est en effet étroitement liée à notre environnement et aux polluants qui s’y trouvent comme les perturbateurs endocriniens. Pour les détecter dans notre vie quotidienne, une équipe de l’hôpital Saint-Vincent de Paul à Lille a mis au point un site internet permettant de passer au crible nos maisons pièce par pièce. 

Apprendre à détecter ces perturbateurs

Grâce au site lesperturbateursendocriniens-mamaison.com, il est possible d’accéder à une maison virtuelle où on entre dans chaque pièce pour identifier les objets qui contiennent des perturbateurs endocriniens. Mais ce n’est pas tout, le site propose également des propositions d’alternatives ou des conseils pratiques pour se protéger des perturbateurs. Par exemple, il est conseillé d’éplucher les fruits et légumes pour éviter les résidus de pesticides. 

Alors, on se rend vite compte qu’il y en a un peu partout des substances capables de perturber notre système hormonal : dans les cosmétiques, dans les produits d’entretien, dans le mobilier, dans le plastique des jouets… Mais pour la créatrice de ce site, la pédiatre lilloise Patricia Rannaud-Bartaire, qui est spécialiste des troubles hormonaux liés à ces polluants, s’il faut commencer par quelque chose, c’est notre alimentation, du contenu au contenant. 

L’alimentation, le premier cheval de bataille

« Plutôt que d’opter pour des aliments hyper transformés emballés dans du plastique, et qui contiennent donc des perturbateurs endocriniens, il faut regarder vers la qualité et la simplicité », affirme-t-elle. Et « choisir des contenants type verre ou inox et limiter les résidus de pesticides. » Un premier pas qui permet déjà de « toucher à des grandes catégories de produits chimiques ». 

Sans oublier qu’une autre façon de se protéger des effets des perturbateurs endocriniens c’est le sport, puisque contrairement aux muscles, la masse graisseuse de notre corps les stocke.



Source

Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *