Une équipe africaine championne du monde ? « Il faut déjà dépasser les quarts de finale… »

0 0


Publié le :

Sénégal, Cameroun, Tunisie, Maroc, Ghana… Une de ces cinq équipes peut-elle s’imposer au Qatar et devenir la première équipe africaine championne du monde de football ? Pour nos deux consultants, Patrick Julliard et Hervé Kouamouo, le chemin reste long.

L’Afrique soulèvera-t-elle sa première Coupe du monde le 18 décembre prochain au Qatar ? Alors que cinq sélections africaines – le Sénégal, le Cameroun, la Tunisie, le Maroc et le Ghana–  disputeront le Mondial-2022, la marche paraît encore trop haute, pour les deux spécialistes du football africain consultés par France 24.

« Un bel objectif… politique

« Une équipe africaine doit gagner la Coupe du monde dans un avenir proche », avait pourtant promis Patrice Motsepe, lors de son élection en mars 2021 à la tête de la Confédération africaine de football (CAF).

« C’est un objectif… politique. C’est un effet de manche intéressant, mais je ne pense pas qu’aujourd’hui une équipe africaine puisse être championne du monde », explique Hervé Kouamouo, journaliste indépendant spécialiste du foot africain et consultant de France 24 lors de la CAN-2022. « Déjà arrivé en quart de finale se serait bien et enfin passer ce cap symbolique. »

En effet, aucune équipe africaine n’a encore jamais rallié le dernier carré. Seuls le Cameroun (1990), le Sénégal (2002) et le Ghana (2010) sont parvenus jusqu’aux quarts de finale. L’Afrique a en outre fait piètre figure lors de la dernière Coupe du monde en Russie,il y a trois ans. Ses cinq équipes – l’Égypte, le Maroc, le Nigeria, la Tunisie et le Sénégal– ont toutes été éliminées dès la phase de poules. Seuls les Lions de la Teranga avaient même remporté un match.

« La récente CAN-2022 a montré un certain nivellement : on a vu des ‘jeunes’ nations comme les Comores ou le Malawi montrant des belles choses tandis que les grandes nations patinent », notent Patrick Julliard, spécialiste du foot africain et fondateur de Foot365. « Il y a un ou deux ans, on aurait pu croire que l’Algérie avait le potentiel pour une demi-finale. On l’avait même vu battre sèchement la Colombie en amical à Lille en 2019. Mais trois ans plus tard, ils ne sont plus là. Les cycles sont courts en football. »

Le Sénégal, favori pour aller le plus loin

Les deux journalistes sont unanimes sur la nation qu’ils voient aller le plus loin dans la compétition : le Sénégal, récent champion d’Afrique, qui a obtenu de haute lutte sa qualification face à l’Égypte dans un remake survolté de la finale de la CAN. Le tirage au sort a placé les hommes d’Aliou Cissé dans un groupe A « facile », selon les mots de Patrick Julliard, aux côtés du Qatar, des Pays-Bas et de l’Équateur :

« Le Pays-Bas est un gros morceau mais aux résultats irréguliers, le Qatar était l’équipe la plus faible des têtes de série même si elle est à domicile et l’Équateur est loin d’être la meilleure sélection sudaméricaine », énumère le spécialiste du foot africain. « Le Sénégal a une belle équipe. Elle va peut-être encore se renforcer d’ici la Coupe du monde par quelques binationaux comme Boubacar Kamara. »

 

Les Lions de la Teranga ont un des plus beaux effectifs d’Afrique avec des joueurs de classe mondiale sur toutes les lignes : Édouard Mendy (Chelsea) aux buts, Kalidou Koulibaly (Naples) aux commandes de la défense, Idrissa Gueye (PSG) et enfin la superstar Sadio Mané (Liverpool) en attaque. Alors pourquoi les deux spécialistes ne les voient pas au sommet du football mondial ?

« C’est un axe qui rassure mais avec une compétition resserrée où les équipes joueront tous les quatre jours, pourront-ils tenir sept matches à ce rythme ? », interroge Hervé Kouamouo

« J’ai un petit doute sur l’efficacité. Ils sont frustrants, capables de faire des bons matches, de dominer mais sans arriver à concrétiser. Elle ne marque pas assez par rapport à son potentiel », estime, pour sa part, Patrick Julliard.

Le Maroc, la bonne surprise ?

Derrière le Sénégal, le fondateur de Foot365 préfère ne pas s’avancer, estimant que chacune des équipes constituent un outsider capable de s’extraire de son groupe, que ce soit la Tunisie (dans le groupe D avec la France, le Danemark et un barragiste), le Cameroun (dans le groupe avec le Brésil, la Serbie et la Suisse), le Ghana (dans le groupe H avec l’Uruguay, le Portugal et la Corée du Sud) ou encore le Maroc qui fera face à la Belgique, au Canada et à la Croatie dans le groupe F.

Les huit groupes de la Coupe du monde 2022 au Qatar © Studio graphique FMM

Cette dernière est en revanche le second favori africain d’Hervé Kouamouo : « Si il n’implose pas, c’est un groupe qui possède rigueur et solidité. Il est capable d’avoir de l’emprise en milieu de terrain. C’est ce qui compte pour s’extraire d’un groupe en Coupe du monde. »

Les deux spécialistes notent qu’un facteur risque d’influencer la compétition : la préparation très courte avant le début de la compétition.

« Cette Coupe du monde sera un peu spéciale avec cette préparation très courte (car les joueurs seront libérés par leur club seulement une semaine avant le début, NDLR). Il y aura donc un avantage aux équipes les mieux en place » affirme Hervé Kouamoua. « On a vu le Cameroun sur ses deux dernières Coupe du monde. Après une préparation désastreuse, ils ont eu des résultats désastreux se classant dernier (2014) et avant-dernier (2010). En Coupe du monde, le résultat du premier match est très important ! »



Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *