Versailles et Nice qualifiés en demi-finale

0 0


Après sa large victoire face à l’OM (4-1), Nice retrouvera le Petit Poucet de National 2, Versailles, vainqueur de Bergerac aux tirs au but (1-1, 5 à 4 aux t.a.b.) pour une demi-finale totalement inédite, qui se déroulera, tout début mars, dans un stade qui reste à définir.

Ses voisins monégasques, vainqueur d’Amiens (2-0) se déplaceront quant à eux sur la pelouse du vainqueur de Nantes-Bastia, disputé ce jeudi soir.

Il faudra « respecter notre adversaire », a prévenu le président Niçois Jean-Pierre Rivère à l’AFP, dès la révélation du tirage au sort après la superbe qualification de son équipe face à une équipe de Marseille surclassée.

Versailles gagne le duel des clubs amateurs

Versailles (National 2) a obtenu son billet pour les demi-finales de la Coupe de France en écartant Bergerac (N2) (1-1, 5-4 tirs au but) dans le duel des clubs amateurs, mercredi 9 février, au stade Francis-Rongiéras, à Périgueux.

Sur un terrain hostile, bosselé, l’équipe d’Youssef Chibhi a parfaitement mené sa barque pour imiter Calais (finaliste en 2000), Montceau-les-Mines (2007), Quevilly (2010) et Rumilly (2021), seules formations du 4e échelon à avoir atteint ce stade de la compétition.

Un enroulé tout en douceur d’Inza Diarrassouba (14e minute), le premier but encaissé par Bergerac dans la compétition, avait permis aux Yvelinois de rêver à une qualification aisée dans ce choc d’amateurs ambitieux, qui ont fait honneur au football d’en bas. Plus solides et acceptant volontiers d’être dominés, les Versaillais ont livré derrière le match quasi parfait à l’extérieur, sans paniquer et en repoussant tous les assauts souvent désordonnés des hommes d’Erwan Lannuzel.

Les dix dernières minutes, passées à dix après l’expulsion Christopher Ibayi (79e), ont accentué encore la pression locale récompensée à l’ultime minute par Axel Tressens (90e), décalé sur la gauche, qui a croisé une frappe sur le poteau rentrant de Dan Delaunay, pas inquiété jusque-là. Le défenseur dordognais Kevin Mingoua a échoué lors de la séance de tirs au but.

Nice domine l’OM

Après les graves débordements du 22 août 2021, avec l’interruption de la rencontre après l’envahissement du terrain et des coups donnés par certains supporteurs niçois, le retour de Marseille à Nice s’annonçait électrique. Il l’a été, mais uniquement sur le terrain, sonnant comme le début d’une réconciliation entre le jeu et les supporteurs.

Lire aussi OL-OM : le match définitivement arrêté après un jet de bouteille sur Dimitri Payet

Devant le sélectionneur Didier Deschamps et son adjoint Guy Stephan, Nice a réalisé un grand match. Christophe Galtier a battu tactiquement Jorge Sampaoli. Et surtout, le trio offensif des Aiglons, Gouiri-Delort-Kluivert, a été impressionnant.

C’est pourtant l’OM qui a ouvert la marque, à la troisième minute, par un but contre son camp du défenseur Melvin Bard, à la suite d’une frappe du Marseillais Cengiz Under. Malgré ce coup du sort, le latéral niçois est resté dans son match. Combatif, il a été le véritable ailier gauche des Aiglons qui ont débuté avec trois milieux défensifs. Et un point d’appui solide pour Amine Gouiri, poison de l’arrière-garde olympienne.

Le Niçois Justin Kluivert célèbre son but contre Marseille, en quart de finale de la Coupe de France de football, au stade Allianz Riviera à Nice (Alpes Maritimes), 9 février 2022.

Ce dernier, après avoir passé Saliba en vitesse, a effectué un malicieux petit pont sur Belardi, avant d’égaliser et de faire rugir un stade qui n’attendait que ça (1-1, 11e). Ni les hommes de Galtier, ni le public niçois n’a eu le temps de gamberger. Remis dans le droit chemin, Nice a alors continué à attaquer. Justin Kluivert a été adroit. Sa tête piquée a terminé une action collective parfaite avec Gouiri et Delort (2-1, 29e).

Une minute après un but du Marseillais Cédric Bakambu refusé pour hors-jeu à la 48e minute, Justin Kluivert a découragé ses adversaires par une frappe laser croisée de loin (3-1, 49e). Avant de servir, sur un contre, une pépite à Delort, qui en a profité pour compléter ses belles statistiques (4-1, 62e) avec un but et deux passes décisives.

Bien aidé par son trio offensif, Galtier a donc remporté la bataille tactique contre Sampaoli. Après avoir sorti le Paris-SG puis l’OM, l’OGC Nice rêve désormais d’une première finale depuis sa victoire de 1997.

Le Monde avec AFP



Source

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *